Le médecin personnel de R. Kelly a confirmé que ce dernier était atteint d’herpès génital depuis 2007, corroborant l’accusation d’une victime qui affirme que le chanteur lui a volontairement transmis la maladie.

Au coeur du procès de R. Kelly, qui se déroule depuis la semaine dernière dans un tribunal de Brooklyn et dans lequel ce dernier fait face à de très nombreuses accusations, parmi lesquelles des faits d’extorsion, d’exploitation sexuelle de mineure, d’enlèvement, de corruption et de travail forcé entre 1994 et 2018, les victimes continuent de témoigner. Parmi elles, une dénommée Jerhonda Pace a notamment raconté ce qu’elle avait vécu il y a 12 ans, alors qu’elle n’avait que 16 ans, sur une durée de 6 mois. En plus de relations sexuelles à chaque fois filmées, elle a également évoqué la violence qu’elle avait subi, recevant des coups et parlant même d’étranglements lors de disputes, au point qu’elle se soit évanoui à plusieurs reprises. Enfin, elle a également accusé l’auteur du hit I believe I can fly de lui avoir transmis – évidemment sans l’avertir – un herpès génital, une maladie sexuellement transmissible dont elle n’a jamais pu se débarrasser.

Jerhonda Pace
Jerhonda Pace, l’une des accusatrices de R. Kelly

R. Kelly savait qu’il était malade depuis 2007

Ces propos, qui viennent alourdir les nombreuses et horribles accusations pesant contre l’artiste, ont d’ailleurs été rapidement confirmées par le médecin personnel de R. Kelly, un certain Kris McGrath, qui travaille avec lui depuis plus de 25 ans. Ce dernier a ainsi confirmé qu’après avoir effectué des tests, il avait averti en 2007 le chanteur de sa maladie, qui l’obligeait à suivre un traitement mais aussi à prévenir d’éventuelles partenaires en cas de relations sexuelles. Si le procureur en charge du dossier a expliqué qu’il serait difficile de prouver que R. Kelly a volontairement transmis la maladie à de jeunes femmes, elle renforce encore un peu plus le portrait de ce dernier fait à l’ouverture du procès. Il avait notamment été qualifié de prédateur ayant géré un vaste réseau ayant pour objectifs de “cibler, préparer et exploiter des jeunes filles, garçons et femmes pour satisfaire ses envies sexuelles”.

À LIRE AUSSI: R. Kelly qualifié de “prédateur” au 1er jour de son procès