Alors qu’Atari a directement infirmé les propos de Soulja Boy, qui prétendait la semaine dernière être le nouveau boss de la société de jeux vidéo, l’artiste s’est quelque peu emporté…

La semaine dernière, de façon très surprenante, Soulja Boy faisait une révélation particulièrement inattendue aux internautes à l’occasion d’un live sur Instagram. Il avait en effet annoncé être devenu le nouveau patron d’Atari, société spécialisée – et historique – dans les jeux vidéo. Malgré tout, de très nombreux internautes avaient pris ces propos avec peu de sérieux, d’autant que l’artiste de 31 ans annonçait également qu’il allait revendre sa propre société, Soulja Games, contre un chèque de 140 millions de dollars. Une prudence légitime et visiblement bel et bien justifiée si l’on en croit Atari, qui a justement trollé Soulja à ce sujet peu de temps après. Sur Twitter, le compte de la firme a en effet démenti un quelconque rapprochement avec le natif de Chicago, et encore moins qu’il ait pris les rênes de la compagnie : “On sait qu’être le patron d’Atari est un boulot de rêve, mais cet honneur revient à Wade Rosen”.

À LIRE AUSSI: Soulja Boy affirme être devenu le nouveau propriétaire d’Atari

Soulja s’emporte

Suite à ce message, Soulja Boy est de nouveau apparu sur Instagram, se montrant cette fois très énervé par les propos d’Atari. En plus des nombreuses insultes qu’il a prononcé, ce dernier a également présenté un document qui, selon lui, prouve qu’il était bien en négociations avec la firme : “Nique ce contrat, nique Atari. Ne m’appelez plus, ne reliez plus mon nom au votre. Vous m’avez envoyé 2 contrats. Vous m’avez dit que vous vouliez me donner les rênes parce que vous étiez fiers de ce que j’ai fait avec Soulja Boy Games. Regardez le contrat !”. Quoi qu’il en soit, Soulja Boy n’est donc pas le nouveau boss d’Atari, ce qui va à nouveau accentuer la réputation peu flatteuse qu’il se traîne depuis plusieurs années, entre ses nombreuses affaires judiciaires impliquant des violences envers des femmes ou des déclarations insensées ou mensongères sur les réseaux sociaux…