Interviewé ce dimanche dans l’émission Sept à Huit, Soprano a notamment évoqué l’une de ses plus grandes blessures, l’enfant qu’il a eu à 16 ans et qu’il n’a jamais connu…

Artiste parmi les plus populaires de France, père de famille épanoui et homme dégageant une énergie toujours très positive, Soprano conserve tout de même en lui des cicatrices qui ne se referment pas. A l’aube de la sortie de son nouvel album intitulé Chasseur d’étoiles qui sortira ce vendredi 3 septembre, Sopra’ était présent ce dimanche soir sur TF1, dans l’émission Sept à Huit, où il est revenu rapidement sur sa carrière et plus généralement sa vie. L’occasion pour lui d’évoquer notamment l’influence qu’a eu Michael Jackson sur son envie de devenir artiste, alors qu’il n’avait que 5 ans seulement. Mais le Marseillais a aussi accepté de parler de ses blessures, et notamment du décès de son père l’an dernier du Covid-19. Il a également évoqué le fils qu’il a eu à 16 ans mais n’a jamais connu puisque la mère, elle aussi très jeune, avait à l’époque fait le choix de remettre cet enfant à la DDASS.

À LIRE AUSSI: Soprano révèle les morceaux de son nouvel album en reprenant des affiches de cinéma

Soprano se livre

S’il a déjà parlé de cette situation, Soprano est de nouveau revenu sur les circonstances de cette naissance, mais aussi les difficultés immenses qu’il a pour retrouver la trace de cet enfant qu’il n’a pas reconnu et est donc né sous X : J’étais avec une fille et on a eu un enfant à 16 ans. Mais on était trop jeune. Elle a placé l’enfant à la DDASS sans m’en avertir. Il est né sous X […] Comme je ne l’ai pas reconnu, je ne suis pas considéré comme son père. Et ça me fait mal, car à l’heure actuelle, je ne sais pas s’il est vivant, s’il est en bonne santé. C’est compliqué”. Une situation qui aurait même pu être à l’origine de son suicide si le rap n’était pas entré dans sa vie : C’était une période très compliquée, heureusement qu’il y avait la musique, j’ai pu tout lâcher à l’intérieur pour ne pas faire plus de bêtises”. Jamais découragé, Saïd nourrit tout de même encore le souhait de retrouver un jour ce fils qui lui est inconnu et qu’il recherche depuis près de 30 ans…