Incarcéré depuis la semaine dernière alors qu’il est notamment suspecté de 4 viols, Benjamin Mendy va rester en prison après le rejet de sa demande de libération conditionnelle.

Ce vendredi 27 août, on apprenait l’incarcération de Benjamin Mendy, latéral gauche de Manchester City âgé de 27 ans. Et pour cause, puisque le joueur est accusé de 4 viols – qui se seraient produits entre octobre 2020 et septembre 2021 – mais aussi d’une agression sexuelle en janvier dernier, à chaque fois à son domicile. Une affaire qui n’est donc pas toute récente et qui avait même causé de façon très discrète l’arrestation de Mendy à 2 reprises, en novembre puis en janvier. A chaque fois libéré sous caution, l’ancien marseillais avait notamment l’obligation de ne pas organiser de soirée chez lui, ce qu’il n’a pas respecté en accueillant au début de la semaine dernière près d’une vingtaine de convives. A l’issue de celle-ci, une jeune femme l’a donc à nouveau accusé de viol, ce qui a conduit à son incarcération immédiate. Un choc pour le joueur qui, selon The Sun, ne s’imaginait pas derrière les barreaux et a encore plus déchanté puisque, alors qu’il s’attendait à atterrir dans le quartier VIP de la prison de HMP Altcourse à Liverpool, il a finalement dans le secteur VP, en l’occurrence celui des personnes à protéger…

À LIRE AUSSI: Benjamin Mendy inculpé par la police anglaise dans une affaire de viols

Mendy maintenu en détention provisoire

Ce mercredi, l’avocat du joueur s’est présenté devant un tribunal de Chester pendant un peu moins d’une heure afin de réclamer la libération conditionnelle de son client, en attendant le procès qui se tiendra le 10 septembre. Sans grande surprise, la justice anglaise a rejeté cette requête, une réponse sans doute motivée par les manquements dont Mendy a déjà fait preuve dans cette affaire. S’il n’a pas encore eu l’occasion de s’exprimer, ce dernier continue de nier fermement les accusations. Malgré cela, son club n’a pas hésité à le licencier dès l’annonce de son placement en détention, conscient que son image pourrait en prendre un sacré coup en le conservant dans son effectif.