Le quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, a été le théâtre d’une 5ème nuit de violences urbaines. Des incidents qui font suite à l’interpellation d’un jeune homme lors d’un rodéo sauvage, mais surtout du gazage de sa mère, témoin de la scène.

La tension est particulièrement forte aux Tarterêts depuis 5 jours. Tout a débuté ce jeudi 2 septembre, dans l’après-midi, quand les forces de l’ordre vont être appelées par des habitants du quartier en raison d’un rodéo sauvage. Arrivés sur place, les agents vont procéder à l’interpellation d’un jeune homme en possession d’une moto qui avait servi dans le rodéo, mais les choses vont rapidement dégénérer quand la mère du suspect, témoin de la scène, va tenter de s’approcher de son fils. L’un des policiers assurant un périmètre de sécurité autour de l’intervention va alors utiliser sa bombe lacrymogène, repoussant évidemment la mère de famille. Une scène filmée et rapidement devenue virale qui va déclencher la colère de certains habitants, provoquant les violences urbaines constatées ces derniers jours.

Le quartier s’embrase

Depuis, de nombreux incidents ont été recensés, parmi lesquels des jets de projectiles en tout genre ou des tirs de mortier, et les violences se sont même exportées à Evry et à Grigny. La réunion citoyenne qui a eu lieu ce lundi 6 septembre dans la maison des associations de la ville, organisée par la municipalité et qui a réuni policiers et une soixantaine d’habitants du quartier, n’a pas vraiment changé la donne. A cette occasion, le commissaire d’Evry-Corbeil, Patrick Visser-Bourdon, a pris la parole pour s’excuser pour le geste du policier qui a gazé la maman qui pensait pouvoir venir en aide à son fils. Ainsi, après lui avoir présenté des excuses, des applaudissements ont retenti dans la salle. De son côté, la commissaire Jennifer Lattay, a tenu à préciser que l’interpellation de l’auteur du rodéo a été compliquée par l’attitude du frère du jeune homme qui a tenté de s’interposer : “Si personne ne s’était mêlé de l’interpellation, celle-ci n’aurait pas dégénéré” ! Elle poursuit en expliquant que le policier qui a sorti la gazeuse n’a pas pu discerné qu’il s’agissait d’une mère de famille, étant lui-même pris dans la maîtrise du suspect au sol : “Je comprends que ce soit difficile. Pour avoir discuté avec le fonctionnaire, quand il a fait usage de sa gazeuse, il avait la tête dans le guidon, il n’a pas vu que c’était une maman”. Cette nuit, 4 policiers ont ainsi été blessés légèrement tandis que 4 mineurs âgés de 16 et de 17 ans ont été arrêtés, les 1ères interpellations depuis le début de ces incidents.