Pionnier du rap américain, Afrika Bambaataa est poursuivi pour des faits d’abus sexuels sur un jeune de 12 ans. Des faits qui se seraient déroulés pendant près de 4 ans au début des années 90.

DJ, rappeur et producteur mais surtout fondateur de la Zulu Nation et pionnier du rap américain, Afrika Bambaataa pourrait faire face à la justice new-yorkaise. Un homme, dont l’identité n’a sans surprise pas été révélée, accuse en effet Lance Taylor – de son vrai nom – de l’avoir violé dès ses 12 ans, au début des années 90, et ce sur une période de 4 ans. La victime supposée explique également qu’elle a fait l’objet d’un trafic sexuel et a été contraint d’avoir des relations avec un autre homme, mais aussi avoir subi des violences physiques et psychologiques, dont il a dit avoir gardé des traces encore aujourd’hui. L’homme qui accuse le natif du Bronx réclame un procès et espère également pouvoir obtenir des dommages et intérêts.

Accusé de pédophilie en 2016

Ces nouvelles accusations font suite à une énorme polémique dans laquelle Afrika Bambaataa avait été impliquée en 2016 après le témoignage Ronald Savage, un homme politique new-yorkais. Ce dernier avait affirmé qu’il avait été “sexuellement molesté” par l’artiste et militant à la fin des années 70, ce qui avait poussé par la suite 3 autres hommes à prendre la parole, eux aussi pour dénoncer les mêmes faits. Des actes qui n’avaient à l’époque pas pu être jugés en raison de la prescription, mais avaient permis de libérer la parole de nombreuses personnes, dont d’anciens proches d’Afrika Bambaataa. Certains avaient d’ailleurs confirmé les faits tout en expliquant même que ses relations avec des jeunes mineurs étaient de notoriété publique. Désormais, avec un changement dans la législation new-yorkaise, il semblerait que la justice puisse se saisir de ces accusations, qui pourraient ainsi être à l’origine d’un procès dans les mois à venir…

Afrika Bambaataa