Une infirmière a planché sur le meurtre de l’actuelle vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris. Elle sera jugée prochainement.

Une infirmière travaillant en Floride a plaidé coupable, reconnaissant avoir menacé de tuer la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris en début d’année. La suspecte, une dénommée Niviane Petit Phelps, a envoyé en février 2021 plusieurs petites vidéos à son mari – qui se trouvait derrière les barreaux à cette période – dans lesquelles elle proférait des menaces de mort à l’encontre du bras droit de Joe Biden, révélant avoir accepté 53 000 dollars pour l’exécuter. Elle avait même juré qu’elle lui ôterait la vie dans les 50 jours. Ayant été mis au courant de cette menace au mois de mars, l’agent spécial David Ballenger s’est alors penché sur l’affaire : “Les vidéos montrent généralement Phelps se plaignant et parlant avec colère à la caméra de sa haine pour le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris, entre autres”, peut-on lire dans le dossier. “Cependant, dans ces vidéos, Phelps a également fait des déclarations sur le meurtre de la vice-présidente Harris”.

Niviane Petit Phelps
Niviane Petit Phelps

Tes jours sont déjà comptés

Kamala Harris, tu vas mourir. Tes jours sont déjà comptés”. Tels sont, entre autres, les propos qu’a tenu Niviane Petit Phelps face à sa caméra. Cette dernière a également partagé, dans la foulée de ses vidéos, une photo sur laquelle on l’aperçoit au stand de tir, tenant une arme à feu à la main. Le ministère de la Justice a d’ailleurs déclaré qu’elle avait demandé un permis port d’arme, qu’elle a tenté de dissimuler 2 jours plus tard. Des inspecteurs de la police de Miami et les services secrets s’étaient rendus à son domicile, mais cette dernière avait refusé de leur ouvrir. Elle s’était toutefois entretenue avec un agent des services secrets 3 jours plus tard, déclarant alors qu’elle était en colère de voir Harris au poste de vice-présidente. Mise en cause par la justice, la jeune femme sera jugée à partir du 19 novembre, et elle risque jusqu’à 5 ans de prison…

À LIRE AUSSI: Lil Baby et la famille de George Floyd ont rencontré Joe Biden à la Maison-Blanche [Vidéo]