Après s’être fait descendre sur les réseaux sociaux suite à ses propos sexistes à l’encontre de Lil’ Mo et Vita, Fat Joe s’est excusé sur Twitter…

Fat Joe et Ja Rule se sont affrontés dans la nuit du 14 au 15 septembre à l’occasion d’un Verzuz très attendu. Les 2 légendes s’étaient données rendez-vous au Madison Square Garden de Manhattan à New York, pour confronter leurs discographies. Si la majorité des fans s’impatientaient de suivre ce duel, 50 Cent – qui connaît une relation tendue avec les 2 hommes – n’avait pas manqué de se moquer d’eux via Twitter : “Wow, pourquoi je suis en tendance, j’avais dit que je ne ferais rien peu importe ce qu’ils font. J’ai causé la faillite de leur label […] Je resterais hors de mon chemin si j’étais vous.Toutefois, pour en revenir à la soirée, les choses ont commencé à dégénérer lorsque Ja Rule a joué son morceau Put It On Me, en collaboration avec les chanteuses américaines Vita et Lil’ Mo. C’est à ce moment-là que Fat Joe s’est emporté, traitant ces dernières de “s*lopes dégueulasses” plusieurs fois. Bien sûr, Ja Rule a directement pris la défense de ses consœurs, expliquant à Joe que ce Verzuz était un battle entre eux, et qu’il ne devait absolument pas mêler de tierces personnes à tout ça…

À LIRE AUSSI: Diddy souhaite affronter Dr. Dre dans un Verzuz [Photos]

Des excuses qui ne passent pas

Lil’ Mo, qui a déclaré être “déçue” par les propos de Fat Joe, a été, à l’instar de Vita, grandement soutenue sur les réseaux sociaux après les quelques mots sexistes et intolérables du rappeur new-yorkais. Face à ce début d’incendie, ce dernier a donc essayé de calmer les ardeurs de ses détracteurs en s’excusant sur Twitter : “Dédicace à toutes les femmes, je suis vraiment désolé si j’ai manqué de respect. J’aime Vita et Lil’ Mo, je suis vraiment désolé, j’aime mes sœurs”. Néanmoins, ses excuses ont été vivement rejetées par une partie de la toile. La raison ? L’utilisation du “si j’ai manqué de respect”, qui démontre, selon certains, le peu de franchise avec laquelle il a fait son mea-culpa…