Alors que vendredi soir, 2 policiers avaient interpellé un homme à Noisy-le-Grand, un 3ème policier a été filmé en train de lui adresser des coups de poing et de pied au visage, une enquête a été ouverte…

C’est une nouvelle affaire de violences policières qui a été révélée grâce aux réseaux sociaux. Ce vendredi 17 septembre, aux alentours de 20h30, un internaute a mis en ligne une vidéo dans laquelle on voit 2 policiers procéder, dans la ville de Noisy-le-Grand (93), à l’interpellation d’un homme qu’ils maintiennent au sol. Si le contexte n’est alors pas encore connu, on comprend toutefois rapidement qu’une forte tension se fait ressentir sur place. Au fil des secondes, un 3ème policier va rejoindre ses collègues et va rapidement adresser à l’homme menotté des coups, de pied et de poing, au niveau du visage. Des images très violentes qui se concluent rapidement par une autre séquence où l’on voit l’interpellé embarqué dans une voiture de police. Rapidement, beaucoup vont dénoncer ces faits en parlant de nouvelles violences policières et l’avocat Arié Alimi, très engagé dans ce genre d’affaires, va aussitôt se saisir du dossier afin de défendre la victime.

À LIRE AUSSI: Fête de l’Huma : Soso Maness pris dans une grosse polémique après ses propos anti-police

Une enquête ouverte, des plaintes déposées

Le parquet de Bobigny va alors affirmer que les policiers avaient été appelés pour un attroupement bruyant de plusieurs jeunes. Du côté de la police, une source interrogée par l’AFP explique que le suspect arrêté, dont le casier judiciaire était vierge, s’est énervé au cours de l’intervention policière et a frappé les agents, d’où son arrestation. Placé par la suite en garde à vue, il est visé par une plainte pour violences, outrages et menaces de commettre un crime ou un délit. Il devait également être présenté à un juge en comparution immédiate, mais a finalement été placé en détention provisoire, tandis que son procès a été fixé au 19 octobre. Toutefois, son avocat conteste fermement les faits et a expliqué au Parisien que ce sont les policiers qui ont provoqué les jeunes, dans un contexte tendu puisqu’un autre individu aurait été acquitté par la justice pour des faits de violences contre des policiers : Ils ont provoqué les jeunes de Noisy-le-Grand en renversant leurs boissons et en jetant leurs paquets de cigarette. Les esprits se sont échauffés et c’est à ce moment-là que les policiers ont pris mon client dans le groupe de jeunes gens alors qu’il était en train de rentrer chez lui. Ils le mettent derrière un poteau et le tabassent”. Tandis qu’il a déposé plainte contre les policiers pour tentative de meurtre, Arié Alimi affirme également que les caméras du bailleur HLM ont filmé toute la scène, mais que le parquet de Bobigny bloque leur diffusion, ce qui a provoqué de sa part le dépôt d’une autre plainte…