Booba s’en est pris à Franck Gastambide, à qui il reproche de ne pas avoir soutenu publiquement Brahim Bouhlel…

Ce mardi 21 septembre, Franck Gastambide a enfin annoncé la date exacte de sortie de la saison 2 de la série dont il est le concepteur, réalisateur et aussi l’acteur : Validé. Nous retrouverons donc cette dernière sur le petit écran à partir du 1er octobre, avec bon nombre de nouvelles surprises. Le changement de personnage principal tout d’abord. Exit Apash – interprété par Hatik -, mort durant le dernier épisode de la saison 1, c’est désormais Laeti – jouée par Laetitia Kerfa – qui sera la tête d’affiche. En outre, nombreuses sont les guests de ce nouveau volet, puisque nous y retrouverons NapsKofsYL, Alonzo, Saïd TaghmaouiRohffSoolkingGazoDinosMister You ou encore Sefyu. Si cette nouvelle saison fait le bonheur de nombreux fans, après près d’un an et demi d’absence, elle n’enchante visiblement toujours pas Booba, qui s’en est pris à Franck Gastambide sur Twitter ce mercredi 22 septembre.

À LIRE AUSSI: Validé : Franck Gastambide dévoile la date de sortie de la saison 2 [Photo]

Booba taille Brahim Bouhlel et Gastambide

Sur le réseau social à l’oiseau bleu, Kopp a partagé la photo officielle de la saison 2 de Validé, en s’adressant à Brahim Bouhlel, toujours incarcéré au Maroc après ses propos offensants auprès des femmes et des enfants du pays : “Quand t’as insulté les enfants du Maroc de fils de p*tes, que t’as pris 8 mois fermes, que personne ne t’a soutenu, que ta série éclatée dans l’mur va sortir et que t’attends toujours un mandat de Franckie”. Booba, qui avait condamné fermement les propos du jeune acteur sur les réseaux sociaux, avant de finalement prendre sa défense publiquement face à une peine qu’il trouvait bien trop lourde, s’étonne ici du manque de soutien public du réalisateur, avec qui il traîne un différent depuis la 1ère saison de la série devenue culte en France. Il y a fort à parier qu’à quelques jours de la sortie officielle, le Duc ne va pas manquer de multiplier les piques à l’encontre du cinéaste, qu’il ne porte pas dans son cœur…