Conséquence des rixes violentes de samedi 25 septembre à la MJC de Rillieux-la-Pape : le maire interdit les concerts de rap !

Samedi 25 septembre, en banlieue de Lyon, la MJC Ô Totem de Rillieux-la-Pape – dans le quartier de la Ville-Nouvelle – recevait Sasso (originaire du quartier de La Villette, dans le 3ème arrondissement lyonnais) et L’Allemand (du quartier des Minguettes à Vénissieux) pour un concert qui a fait la une de l’actualité. Ce n’est malheureusement pas la musique à quoi se sont intéressés les médias, mais aux échauffourées qui ont eu lieu aux abords de la salle de spectacle locale. Selon le maire LR de la ville, Alexandre Vincendet, une trentaine de personnes seraient dirigées vers La Maison des Jeunes et de la Culture vers 20 heures, cagoulés et armées entre autres de barres de fer, pour en découdre puisque, selon lui, il s’agissait d’un règlement de compte entre bandes rivales de Vénissieux et Rillieux-la-Pape. Ainsi l’établissement culturel et les équipements publics ont été saccagés, cible de nombreux jets de projectiles, 4 abribus et poubelles détériorés, et plusieurs voitures incendiées. Les violences se sont terminées vers 23 heures sans aucune interpellation ni blessé…

En conséquence, ce lundi 27 septembre, les organisateurs de l’événement étaient convoqués à la mairie pour évoquer la situation, alors que Mokrane Kessi, président des Banlieues de France, constatait lui sur France 3, devant l’emballement médiatique, que “pendant le concert, tout s’est très bien passé. Parmi les 300 spectateurs, toutes les couches sociales étaient représentées.Afin de bien dissocier les fâcheux évènements du concert à proprement parlé, il précisait que les “violences ont eu lieu sur le domaine public”, et remettait la responsabilité sur les autorités locales : “Le maire est responsable de ce qu’il se passe à l’extérieur.” Il ne croit pas aux rivalités entre bandes de Rillieux et de Vénissieux évoquées par la municipalité : “Pour nous, Rillieux-la-Pape, vu de Vénissieux, c’était une commune bourgeoise. Aujourd’hui, elle est à feu et à sang. On se pose des questions. Le concert de Sasso et de l’Allemand était annoncé depuis un mois. Est-ce à la MJC d’informer ? Comment un maire à la pointe de la sécurité ne puisse pas être au courant ? Il ne peut pas se dédouaner. Aurait-il laissé faire les choses ? Beaucoup de questions se posent. Des commentaires qui n’ont visiblement pas plu au maire qui a décidé de prendre un décision radicale !

mjc totem live

À LIRE AUSSI: L’Allemand : L’interview en 5 mots – “Le rap, c’est une issue de secours…”

Le rap banni de la ville

Le maire, Alexandre Vincendet (Les Républicains), qui a assuré à BFMTV “ne pas avoir été averti en amont” du concert par la MJC de la ville. Il précisait sur France 3 : “Il y a quelques semaines, une rixe a eu lieu entre des jeunes de Rillieux-la-Pape et ceux de Vénissieux. Si j’avais su qu’un concert avec risque à l’ordre publique se tenait, je l’aurai annulé. C’est comme au foot, vous ne faites pas un jubilé de Saint-Etienne à l’OL. Nous avons fait beaucoup d’efforts pour régler les problèmes de sécurité, je trouve que les organisateurs sont inconscients et c’est l’image de la ville qui en pâtit”. En conséquence, et alors qu’une enquête a été ouverte, l’élu a donc choisi de prendre une décision radicale en réponse aux violences perpétrées devant et dans le MJC : il va désormais interdire les concerts de rap “jusqu’à nouvel ordre”. Excessif dans sa décision, le maire LR de Rillieux-la-Pape compte donc prendre un arrêté municipal dans ce sens, alors qu’il expliquait également que pour lui : “La responsabilité des organisateurs est pleinement engagée. Ce n’est pas aux contribuables de payer les dégâts faits pendant un événement privé. Désormais, je veillerai à connaître en amont l’ensemble de la programmation de la MJC. J’y serai attentif.