Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Alpha 5.20 s’est montré très critique envers le rap marseillais, à qui il reproche son influence “electro” sur le rap français…

S’il est aujourd’hui largement en retrait du rap malgré quelques apparitions aux côtés de Freeze Corleone ou Fianso, Ousmane Badara, aussi connu sous le pseudo d’Alpha 5.20, livre de temps à autre son avis au sujet du rap français. Quand il ne s’agit pas d’interviews, le fondateur et ancien leader du Ghetto Fabulous Gang se confie aussi sur les réseaux sociaux, donnant comme à son habitude une opinion tranchée. Et c’est contre le rap marseillais qu’Alpha 5.20 s’est emporté ces derniers jours, reprochant l’influence electro que la scène phocéenne avait ramenée en France ces dernières années. Parmi ses cibles, un certain JuL, dont il considère d’ailleurs qu’il ne fait pas du rap : “Jul, c’est pas du rap […] Tout ce cancer, ça vient de Marseille, les mecs de Marseille, c’est eux qui ont bousillé le rap. Ils sont venus avec de l’electro, avec de la “turbo music”, et je pense que c’est une commande des maisons de disques pour carrément saboter le rap”.

À LIRE AUSSI: JuL : Classico Organisé, son nouveau projet réunissant rappeurs parisiens et marseillais ?

Une position critiquée

Afin d’approfondir son propos, à la limite du complotisme, il explique que les maisons de disques auraient instrumentaliser cette ouverture du rap afin d’attirer un public plus jeune et forcément moins attaché aux codes traditionnels du rap : “Quand ils ont vu que le rap était devenu très puissant et très écouté par les jeunes, ils se sont dit : “Il faut qu’on le dévie de son chemin”. Et c’est à partir de là qu’il y a eu des mecs comme JuL qui font “Tchoum, tchoum, tchoum, tchoum”. Forcément, cette sortie est loin de faire l’unanimité sur les réseaux sociaux, d’autant que le J y est très apprécié et que les plus jeunes ne connaissent pas forcément Ousmane Badara et son long parcours. Malgré cela, il faut reconnaître que le J est bel et bien un rappeur, qui a démontré à plusieurs reprises qu’il était capable de kicker sur une prod old school, mais qui a surtout popularisé un nouveau courant, au sein d’une musique en constante évolution. Au-delà des théories concernant les décideurs de l’industrie musicale, il semble surtout que ces déclarations correspondent une fois de plus à un “conflit” classique entre les plus anciens, attachés à un style sobre et efficace, et une nouvelle génération amoureuse de rap, mais beaucoup plus ouverte sur le plan musical. D’ailleurs cette prise de paroles d’Alpha 5.20 arrive quelques semaines avant la sortie d’un projet multi-générationnel initié par JuL, qui fera suite à 13’Organisé, avec des artistes parisiens et marseillais qui croiseront le mic sur l’album Classico Organisé.

Alpha 5.20 – Boos 2 Paname :