COUPLET 1
Tout en liquide bâtard, y’a plus rien à manger quand j’quitte la table (la table)
J’vous jure sur la vie d’madame que personne ne m’fera lever le matin (c’est mort)
On a pris le contrat sten, j’m’allume un grand sdeh d’vant tout l’gratin (les pros)
– Ziak, on est très heureux de t’accueillir chez nous, merci beaucoup
J’vais leur apprendre le silence et à gérer les crises
J’vois qu’ils commencent à faire des finances, j’suis fier de mes fils (bravo)
Ils m’ont bien porter leurs petits, yeux de biche, et s’sont brulé l’iris
Ils vont voir leur vie en fois 32 pile à l’heure de l’éclipse (on prend)
On prend les virements bâtard, on a monté les boîtes et tout l’bazard (on prend)
J’ai l’petit dans mon Prada et le plus gros calibre dans mon bagage (les pros)
Vue la monnaie que j’laisse dans le bail, j’ai l’aval d’son père pour qu’elle l’avale
Elle a un tout gros kwer, elle a une toute p’tite taille

PONT
Uh-uh
Libérez tous mes copains

COUPLET 2
Le sin-cou passe à la case faire coucou, on parle de poux
Avant d’kill, il s’coupe un méga bougou (la fumée)
Et le bouloum leur fout la frousse et rien qu’il cavale comme Samy (paw)
Comme Scooby-doo by-doo, des fois c’est bénéf’ un keuf ripou
Des fois, ça revend la shnouf dans les cases bleues foncées du Monopoly
1er coup, Ghetto Youth déballe son dernier taudis
On a grandi dans putain d’taudis avec les putains d’cafard d’Oggy
Nous, plus l’âge d’entendre des “ça vient d’où ?” et d’faire couler ton sang à Pompidou
Eux, d’abord ils rappent, après ils s’impliquent, tu connais rien, on t’explique nous
Très très grande famille, grosse paire de bijoux, les flockos font demi-tour
J’étais d’dans, j’avais pas de poils aux illes-cou, tu crois que le man il joue
Si j’avais su qu’on m’comparerait à ces trous d’balles, igo j’aurais d’jà fait du zouk, ahah
J’ai qu’à dégainer la chouka, jet-set, starlette qui lève la coupe
J’fais un petit signe à mon camarade qui a mis 2, 3 millionnaires dans la boucle (bien vu mon reuf)
J’ai quitté l’école, j’fais plein d’fric (ohah), gros bisou aux anciennes instits
Aux bandeurs d’la street, de la street quand elle fait la mort, ta fimbi m’l’astique (ah)
La détail, la débrouille comme Koba, Gyallie est sous bédo toute la night
Elle ira chercher les dollars et le cobra dans mon survêt’ Nike (le Nike)
– Il tombe amoureux des tainps, hein petit ils vont rien t’apprendre d’la life (oh ah)
J’ai, j’ai, j’ai les, j’ai les mouv’ de la Seleção, tape ces tasses-pé comme Zao, pas d’prisonniers, pas d’otages
Mauvais tarot, les cible pas, hasta luego, ciao, j’prends le seille-o, j’suis que d’passage (ohah ohah)
Y’a poto, on partage, attaque, défense, contre-attaque
Vrai bad, vrai badman part à la chasse, qu’est-ce que j’aime ça quand j’cavale comme Flash

À LIRE AUSSI: Ziak lâche son nouveau single… et tease son 1er projet sur Twitter [Son]

REFRAIN
J’sais où tu taffes, j’sais où tu nehess, j’sais où tu t’caches (we know)
Les s’cours arrivent à 16 heures 13, mais toi t’es mort à 16 heures 04
Rien pour calmer ma putain d’rage, y’a d’la mif’ en cage donc faut faire l’taf 2 fois
La patate elle s’écoule, vite sa mère, j’aurais même pas besoin d’en faire du ck-cra
J’sais où tu taffes, j’sais où tu nehess, j’sais où tu t’caches (we know)
Les s’cours arrivent à 16 heures 13, mais toi t’es mort à 16 heures 04
Rien pour calmer ma putain d’rage, y’a d’la mif’ en cage donc faut faire l’taf 2 fois
La patate elle s’écoule, vite sa mère, j’aurais même pas besoin d’en faire du ck-cra

COUPLET 3
J’rêve d’un élastique bien tendu, tah les Jacques Mes’
On a vendu tout ou presque, ici change avec l’espèce, chaque jour que Dieu fait j’essaie comme les hesses (chaque jour)
On veut juste brasser du putain d’Classe S au coupé
Classée cette vie-là, pas n’importe laquelle, viens dans la ville, on a taffé Clark Kent
La mentale des bas-fonds de Paris qui agressent les cains-ri quand ils font leur Fashion Week
Opprimé, on sait qu’on est maudit, quand elle move son body, moi j’suis plus tellement attentif
– J’viens d’arriver, j’ai d’jà des fils, le contrat vaut v’là les kills
– J’ai le meilleur pourcentage, ils se débattent pour s’enfuir, ils cavalent comme des champions d’athlétisme

Le charbon, la pression, la psychiatrie, quand on t’coupe, tu cicatrises
Baveux ashkénaze trop facile, entrée, sortie, d’cour d’assises
Rien pour calmer ma putain d’rage, y’a d’la mif’ en cage
Libérez tous mes copains (ça suffit)

REFRAIN
J’sais où tu taffes, j’sais où tu nehess, j’sais où tu t’caches (je sais)
Les s’cours arrivent à 16 heures 13, mais toi t’es mort à 16 heures 04
Rien pour calmer ma putain d’rage, y’a d’la mif’ en cage donc faut faire l’taf 2 fois (ohah)
La patate elle s’écoule, vite sa mère, j’aurais même pas besoin d’en faire du ck-cra
J’sais où tu taffes, j’sais où tu nehess, j’sais où tu t’caches (we know)
Les s’cours arrivent à 16 heures 13, mais toi t’es mort à 16 heures 04
Rien pour calmer ma putain d’rage, y’a d’la mif’ en cage donc faut faire l’taf 2 fois
La patate elle s’écoule, vite sa mère, j’aurais même pas besoin d’en faire du ck-cra
Libérez tous mes copains
Ça suffit

 

Ziak – Ça suffit :