INTRO
Mehsah à la prod, Mehsah à la prod, Mehsah à la prod…

COUPLET 1 : Lacrim
J’sais qu’la musique, c’est comme la drogue : tout ça, ça dure qu’un temps
A chaque contrat, j’leur prends 3 millions, fils de p’, j’ai pas 20 ans
Ça fait longtemps qu’j’compte plus mon oseille, pourtant, je paye comptant
Ça fait longtemps, poto, qu’je suis plus content, qu’j’ai pas compté le temps
Autant le dire : je braque depuis les francs, j’ai dormi sur les bancs
Pourquoi mentir ? Avant d’être un capo, j’ai gravi tous les rangs
P’tit embêtant, sur moi, j’ai l’pétard et j’roule sur un 2 temps
Il faut d’l’argent quand ta vie en dépend, tu tombes dans tous les plans
C’est ta meuf qui va t’baiser ou c’est ton reuf qui va t’carotte
J’ai fait des choses, du haut d’mes 15 ans, j’en paraissais 40
La vie est belle mais courte, alors, j’me sers d’elle
Joue pas au con, la mort est certaine

COUPLET 2 : Alonzo
Yeah, dios mio amore mio
Les microbes ont pris un tournant sans mettre de cligno’
C’est chacun sa mère et Dieu pour tous, amore mio
Dramatique musique, la muerte vient pas de Rio
J’te joue pas de vice (pah), Quartiers Nord à risques (pah), nique ses morts le fisc (rah)
C’est soit des détonations de M16 ou vendre des disques
9 milli’, ça te fuma pour le mili’
Personne se réconcilie et que ça t’humilie
Nan, j’suis un ancien comme les points morts aux vaches, le pollen, pas la mache (ouais)
Tu sais qu’j’m’en bats la race, j’rappe à l’arrache (rah)
Tu sais qu’j’m’en bats la race, j’rappe à l’arrache (rah)
C’que j’veux faire, c’est du cash (paw), pour ça qu’j’ai nagé dans les marécages
Joue pas les King-Kong, bing-bing
Si tu frappes comme à Hong-Kong, on t’arrache tout ton bling-bling
J’enclenche le DRS, vous laisse en PLS, je rentre à la tess
Wesh le S, y’a les CRS, la guigne-guigne

COUPLET 3 : Mister You
Passe-moi l’mic’, j’en fais d’la rfissa, y’a pas d’Vicks, on met d’l’harissa
J’aime plus trop les autres là, ils ont cru avoir tué Sidna Issa
Depuis p’tits, déscolarisés, on a vite misé sur la résine
Tu fais l’fou mais t’es la risée
Shab, t’as des contacts au Brésil, mec, chez nous, t’inquiète, c’est précis
Si on t’aime pas, personne t’apprécie
700 eu’, c’est l’prix du pressing, imagine-toi celui du dressing
Pour faire des papiers, t’inquiète pas que j’connais la r’cette
A c’t’heure-ci, quand on parle de jet, c’est ni 31, ni 27
Gros, hey, bellek quand tu t’confies car les p’tites gos donnent vite le go
Faut d’la business, faut plus des go, chargé les filles à té-cô
Et ouais, ça y est, c’est l’Classico, des Marseillais, des Parigos
Si si, darwa, tu nous nnais-co, on empile les liasses comme des Lego

REFRAIN : JuL
Les poursuites, les rafales, le bon shit, c’est nous
A 200 avec les sangs sur l’périph’, c’est nous
Les mythos, les poukies montent dans des caisses ches-lou
Une rafale dans ton corps, ça vise par l’genou

COUPLET 4 : JuL
J’braque le game comme Ferrara, comprends pourquoi j’me fais ra-rare
J’fumais la weed au volant, je disais que j’allais tout niquer, ils criaient “ahah”
25 piges, j’avais le FeFe, j’traînais où y avait des “rah, rah”
Du shit dans le bloc, des sous dans les couilles et le sif qui monte, ça crie “akha”
On porte pas d’couilles, pas de papa, on fume la moula, on prend pas de CC
Wesh, ma cousine, j’veux le world pour celle qui m’a tout donné, j’parle de mama
J’m’en rappelle d’cette année-là où ça volait des Ford Fiesta
La rue, c’est pas rose, tu peux caner si tu mènes une vie d’gangsta
Il est fou c’monde, ça jalouse quand tu fais d’l’avant
Sur la moto avec Capo, tu es blanc quand on déboule à 2
Et le soir tard, j’repense à avant, nique avant
J’suis défoncé, j’ai mélangé le shit et la beuh (j’ai mélangé le shit et la beuh)

COUPLET 5 : Niro
T’as croisé ma ganache dans tous les quartiers d’Marseille à Paname
On est respecté, la jalousie comme la musique, c’est haram
Sans rémission comme Luciano, si vrai de vrai, j’suis comme DA Uzi, j’suis (get down au shit)
Faut pas qu’le rap nous bousille, Younès, Karim et Kasim, on a tous le même discours
La violence et la misère, j’les vois partout comme le signe JuL
Et quand la mif’ souffle, on les shoote tous comme dans le film Chouf
Boss de la rime sous vodka-rhum, j’suis saoul
On a l’mental, le métal, le menthol, le sens du détail
On met ta langue dans un état regrettable
La putain d’ta ouais, étale pas tes états d’âme
Faut choquer les bâtards, faut poser les carrelages, faut stopper les…

COUPLET 6 : Kofs
C’est la guerre, vous a tant donné, tu vas t’affoler
Besoin d’une bécane ? Wesh le J : sors le cross volé
A la tienne, ma mère dans un jet, Houari Boumédiène
J’ai l’sang chaud comme Ribéry, le sang chaud comme Boumédiène
6 heures pile, la police t’appelle, aux geôles, ils t’mettent à poil
J’suis à Air-Bel, j’vais voir Alonzo : Avenue d’Saint-Antoine
Depuis qu’papa n’est plus présent, j’ramène le fric à la maison
Mister You, dis-leur, le sang : c’est la rue puis la prison
Des frères qui perdent la raison pour un gros cul ou un réseau
Découpe le shit sur du Niro : maman, t’avais raison
La Kala’ ou le Uzi, le milli’ ou le fusil
L’eden ou la musique, Kofs ou DA Uzi ?
J’reviens de Cannes, on prend les prix, les médailles et les Oscars
On prend les loves et on s’taille : Mode de vie… Béton Style

COUPLET 7 : Le Rat Luciano
J’suis ici, j’suis là-bas, j’suis partout, Mc, j’suis quelque part (où ?)
Au milieu du peuple comme la putain d’Copa
J’t’emmerde, j’fais la même merde que Big Poppa (ouh)
C’est l’grand classico, j’ai r’mis la paire d’Copa
J’suis 1.3, dramatico comme à Mexico
Tout pour la fama, illico, format hélico’ (prr)
Eh ouais, chico, quand la plata, ça rend trop psycho
Mais la r’traite, pour Serpico, c’est rentrer au pico
A l’horizon, tout rend paro, la loi d’la calle
Si trahison a son tarot, ton nom sur l’cahier
A m’tirailler, guerre mitraillée mais pour ravitailler
Et s’tu nous vois enfourailler, faudra vite tailler (uh)
Mauvais karma, tout l’monde mate ma’
Tout ira mieux, Mañana, pardonna me, mama (non, non, non)
Jamais au-d’ssus du macadama, dans la tête, c’est l’Maracana
Papier zic dans la banana, petits pas avec madama, on y va calma

COUPLET 8 : DA Uzi
Hey, des kilomètres d’bon-char mais sort, pleure plus, maintenant on vient
Un cœur de pierre, quart de siècle atteint, j’peux cartonner tous les soirs
Grâce à la cellule, j’connais tous vos sons
J’commence tout doux comme à Belleville ou à Cambrai
J’sais bien qu’ces tes-traî m’attendront au virage, mode “hey, j’vais le tuer”
On s’défend donc on attaque, tac, tac, tac
J’fais du rap de pauvre (ah), c’est Sevran, c’est l’9.3, donne-moi du temps et des loves
6.6.6, que Dieu nous épargne, c’est nous la calle
J’suis des 3 T, laisse-moi faire, je n’suis pas comme eux
J’ai d’jà braqué pour, bah, oui, on s’en vante pas, on n’invente pas
J’suis gentil, souriant, mais j’peux t’remplir
J’ai cru qu’j’allais péter l’million cette année-là
Mystère et suspense, jamais on sucera
C’est Fonky, peu d’Family, j’écoute pas trop leurs conseils
C’est pas tout l’monde, c’est mon son, j’attends la sortie d’mon Zeuzeu

REFRAIN : JuL
Les poursuites, les rafales, le bon shit, c’est nous
A 200 avec les sangs sur l’périph’, c’est nous
Les mythos, les poukies montent dans des caisses ches-lou
Une rafale dans ton corps, ça vise par l’genou

 

JuL x Lacrim x Mister You x Kofs x Alozo… – Loi de la calle :