Incarcéré depuis la fin du mois d’août, Benjamin Mendy est accusé depuis ce mardi de 2 nouveaux viols. Il est donc désormais accusé d’une agression sexuelle et de 6 viols.

Les accusations à l’encontre de Benjamin Mendy continue de se multiplier. Arrêté et incarcéré le 27 août, le latéral gauche de Manchester City, rapidement suspendu par son club, était accusé par 4 femmes différentes d’avoir commis 4 viols et 1 agression sexuelle commise entre octobre 2020 et ce mois d’août. Maintenu en détention depuis malgré plusieurs demandes de libération conditionnelle, l’ancien joueur de l’AS Monaco et de l’OM sera jugé à partir du 24 janvier (soit dans un peu plus de 2 mois) par le tribunal de Chester. Toutefois, un nouvel élément vient tout juste d’être révélé par la justice britannique. Comme le rapporte L’Equipe, le Crown Prosecution Service, en charge des poursuites judiciaires en Angleterre, a annoncé que 2 nouvelles plaintes avaient été déposés ce mardi 16 novembre. 

Benjamin Mendy

Une carrière en montagnes russes

Aujourd’hui éloigné du monde du football, et ce possiblement pour un très long moment, Benjamin Mendy aura vécu une carrière pleine de surprise. Formé au Havre, il va porter les couleurs de l’OM entre 2013 et 2016 où il sera parfois moqué avant de rejoindre l’AS Monaco pour une saison, s’imposant comme un très bon joueur. Dans la foulée d’une saison où le club de la Principauté va remporter le titre de champion de France avec Mbappé, Fabinho, Bernardo Silva ou Falcao et aller jusqu’en demi-finale de la Ligue des Champions, Mendy va signer avec Manchester City. Confronté à la concurrence et aux blessures, lui qui n’a jamais joué plus de 19 matchs en championnat en une saison (en 2019-20), Mendy va se faire remarquer hors des terrains. En 2018, il va d’abord perdre son permis de conduire pour un gros excès de vitesse avant d’être de nouveau arrêté 2 ans après, sans permis ni assurance, au volant de sa Lamborghini Aventador SVJ. Des faits autrement moins graves que ceux pour lesquels il est actuellement emprisonné mais étaient annonciateurs d’une situation qui a finalement totalement dégénéré.

À LIRE AUSSI: Benjamin Mendy : la date de son procès fixée au 24 janvier