Plusieurs personnalités, parmi lesquelles Kim Kardashian ou Floyd Mayweather, sont cités dans une importante affaire d’arnaque dans le domaine des crypto-monnaies.

C’est une nouvelle affaire inquiétante qui touche le monde des crypto-monnaies aux Etats-Unis. Plusieurs personnalités du monde du sport, de la télévision ou encore du cinéma américain sont citées en Californie dans un procès liée à une crypto-monnaie, l’EthereumMax. Lancée par 2 hommes, Steve Gentile et Giovanni Perone, cette monnaie virtuelle a été vendue entre le 14 mai et le 27 juin 2021, notamment grâce à des promotions réalisées sur les réseaux sociaux par Kim Kardashian, Floyd Mayweather ou encore l’ancien basketteur Paul Pierce. Problème, alors que des anonymes vont acheter pour plusieurs millions de dollars de cette crypto-monnaie, les personnes possédant des jetons avant le lancement au grand public vont tout revendre très rapidement, une technique d’arnaque connue qui leur permet de surfer sur le buzz et donc de faire de beaux bénéfices, tout en provoquant une chute d’environ 98% de la valeur des jetons. Résultat, des milliers d’anonymes vont se retrouver lésées, perdant la quasi-totalité de leurs investissements…

À LIRE AUSSI: Booba : plus de 420 000 dollars en 1 journée grâce à TN, son morceau en NFT

Plusieurs plaintes déposées

Ce mardi 11 janvier, le média Hollywood Reporter a donc confirmé que plusieurs victimes de cette arnaque, connue sous le terme anglophone de “pump-and-dump”, ont fait le choix de s’unir et de se défendre devant la justice. Si les créateurs de cette crypto-monnaie sont évidemment au centre de leurs plaintes, toutes les personnalités en ayant fait la promotion sont également poursuivies et s’exposent donc à une condamnation. Kim Kardashian et Paul Pierce sont ainsi cités pour leurs messages respectifs sur les réseaux sociaux, tandis que Floyd Mayweather avait lui accepté que des billets pour son combat contre Logan Paul soient achetables avec cette crypto-monnaie. Malgré les évidences, la société visée et ses 2 fondateurs nient une quelconque arnaque, et c’est donc la justice qui va rapidement être amenée à trancher.