Booba a rendu hommage à Keny Arkana en partageant son titre V pour Vérités, dont les textes reflètent fidèlement la situation sanitaire actuelle…

Outre son conflit qui l’oppose à Maes, voilà plusieurs semaines que Booba affiche férocement son mécontentement face aux lois mises en vigueur par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Vaccination obligatoire pour les enfants, pass vaccinal… nombreuses sont les mesures mises en place ou en passe de l’être dont s’insurge le fondateur du 92i. Il y a quelques jours, il s’adressait notamment au président de la République, Emmanuel Macron, sur Twitter en lui posant la question suivante : “Monsieur le Président avec tout le respect que je vous dois, comment se débarrasser du virus si on peut être positif et contagieux même après 3 doses du vaccin ? Ne serait-il pas judicieux d’améliorer vos recherches avant d’imposer la vaccination obligatoire ?” Parmi les nombreuses publications relayées à ce sujet, Kopp en a partagé une sur Keny Arkana, profitant de cette occasion pour lui rendre un bel hommage…

À LIRE AUSSI: Maes et Booba s’embrouillent pour les droits d’un morceau intitulé Pablo [Son]

Booba salue Keny Arkana

B2O a en effet partagé un extrait du morceau V pour Vérités de Keny Arkana, sorti en 2011, dans lequel la rappeuse marseillaise démontait les rouages d’un système qui selon elle manipule et aliène les individus, et qu’elle combat depuis le début de sa carrière. Un passage de ce texte a particulièrement marqué Booba, puisqu’il fait écho de manière assez troublante à la situation sanitaire dans laquelle se trouvent la France et le Monde à l’heure actuelle. “Mesdames et messieurs, ne croyez pas que les gouvernements vous protègent/Ils se préparent le terreau hors pair du plus grand génocide/La famine dans les pays riches, répression/mais aussi des épidémies, peut-être pour qu’on ait peur de se rassembler/Ou juste pour biznesser un tas de vaccins empoisonnés/Peut-être avec une puce dedans, serait-ce pour de la surveillance ?/Ou pour modifier nos états psychiques à l’aide de leurs fréquences…”. C’est donc cet extrait sonore que le Duc a posté sur la plateforme à l’oiseau bleu, avec cette légende : “Moi qui me croyais dans le turfu ! Ça a 10 ans… on y croît on y croît pas on y voit on y voit pas.. KENY ARKANA”, a-t-il écrit, avec un emoji chapeau, manière de lui tirer son chapeau justement. Un bel hommage auquel a répondu la rappeuse de 39 ans sur Twitter, ravie de pouvoir compter un nouveau soldat dans sa lutte contre le système : “ça fait plaiz de te savoir avec nous” ! L’interprète de Boulbi a ensuite continué de lancer des fleurs à sa consœur en postant une photo de cette dernière. Un cliché accompagné d’un texte cinglant : “Avis à tous les rappeurs célèbres les faux caïds rebelles à mèches blanches à lunettes noires on se souviendra pas de vous mais on se souviendra d’elle qui a plus de couilles que vous tous réunis bande de shmeta!” Un tweet loin d’être anodin, alors que la guerre avec Maes est définitivement lancée…

Keny Arkana a quitté le France en septembre

Pour rappel, Keny Arkana – qui a déjà passé une bonne partie de sa vie en Amérique du sud – avait annoncé il y a quelques mois qu’elle quittait l’Hexagone, et ce à cause des mesures mises en place par l’Etat dans le cadre de la pandémie.En septembre, je pars m’exiler en Amérique latine. […] Mais je pars pour des raisons politiques, liées à la dictature sanitaire. Pour moi, c’est insupportable, toute cette atmosphère en France. Je trouve que les gens acceptent beaucoup de choses sans se poser trop de questions.” Elle ajoutait ensuite ne pas pouvoir jouer le jeu du gouvernement, en se soumettant aux règles qu’il impose, tout en faisant un drôle de constat : “Le pire, c’est qu’avant leur concert, on ne demande pas aux artistes d’être vaccinés ou de présenter un test PCR négatif. Moi, je ne me vois pas dire à mon public : “Faites-vous vacciner, faites votre test, ou ne venez pas.” Je ne peux pas accepter de participer à cette ségrégation, à ce chantage à la vaccination. Ce n’est pas juste.

Keny Arkana – V pour Vérités :