Jean Castex a annoncé que les concerts debout pourraient reprendre à partir du 16 février. Les jauges seront elles aussi levées…

Le Premier ministre Jean Castex a pris la parole ce jeudi 20 janvier pour annoncer que les concerts debout pourraient reprendre prochainement. Pour rappel, le gouvernement les avait de nouveau interdits en toute fin d’année 2021 dans le cadre de la lutte contre la 5ème vague de l’épidémie de Covid-19. Ils seront donc autorisés à partir du 16 février, tandis que les jauges seront quant à elles levées dès le 2 février. Elles limitaient depuis fin décembre le nombre de personnes réunies à 2 000 en intérieur et 5 000 extérieur. Autres bonnes nouvelles, les boîtes de nuit rouvriront également leurs portes à partir du 16 février, et la consommation de boissons ou de nourriture sera à nouveau possible dans les stades, les cinémas et les transports. Idem pour la consommation debout dans les bars et dans les restaurants.

À LIRE AUSSI: Alban Ivanov se lance dans la politique après les annonces du gouvernement [Vidéos]

Une polémique importante

Pour rappel, ces annonces du gouvernement n’avaient que peu été appréciées par les artistes car, si les spectacles debout étaient proscrits, les meetings politiques eux, n’étaient concernés par aucune de ces réglementations. Ainsi, Alban Ivanov, Julien Doré ou encore Grand Corps Malade pour ne citer qu’eux, s’étaient insurgé avec sarcasme de cette injustice. Du côté de Prodiss, le syndicat national du spectacle musical et de variété, cette annonce constitue un véritable ouf de soulagement. “Nous nous réjouissons d’avoir été entendus”, a confié son président, Gilles Petit, dans les colonnes de France Info. “Enfin, nous avons de la visibilité, car le ‘“stop and go” pour nous est dramatique. Les spectacles vont reprendre dans les conditions qu’on connaît maintenant longtemps à l’avance”, explique-t-il, reconnaissant néanmoins que “le monde du spectacle vivant va mettre du temps à reprendre à ses activités”. Cette annonce représente donc une bouffée d’air frais pour toute l’industrie musicale et, de facto, pour notre cher rap français. Malgré tout, certains en ont payé les pots cassés, à l’instar d’Orelsan, dont de nombreuses dates ont déjà été reportées…