Après que Booba ait fait référence à Skyrock en célébrant les 20 ans de son 1er album, Temps mort, sur les réseaux sociaux, le directeur des programmes de la radio n’a pas manqué de répondre…

Ce samedi 22 janvier, Booba fêtait les 20 ans de son 1er album solo, Temps mort, sorti le 22 janvier 2002 sur son label de l’époque, 45 Scientific. Classique parmi les classiques, cet opus composé de 15 titres à sa sortie, qui fut rapidement réédité avec 2 nouveaux tracks (Destinée et Inédit), arrivait après que le rappeur ait fait ses armes au sein du collectif Time Bomb, puis en duo avec Ali au sein de Lunatic, à une époque où le rap n’était pas vu d’un bon œil, ni d’une bonne oreille par une bonne partie de la société, et même de l’industrie du disque. Cet opus, qui révélait B2O en solo, est de ces œuvres qui ont définitivement changé la donne dans le rap game, en marquant la street avec des titres comme Repose en paix, Temps mort, Ma définition, Le bitume avec une plume, Indépendants, Jusqu’ici tout va bien ou encore Strass et paillette (avec Ali), avant que la chanson Destinée en feat avec Kayne Samet ne lui ouvre les ondes de la radio, 1ère sur le rap, Skyrock. Et c’est justement en ayant une pensée pour cette radio, ses dirigeants et animateurs, que le Duc a ténu à célébrer cet anniversaire. En postant le Top albums de la semaine de la commercialisation de son projet en 2002, Booba se rappelle que le disque (alors essentiellement vendu en physique) s’était placé en 2ème position juste derrière l’album réunissant les artistes-candidats d’une télé-réalité à succès de l’époque, Star Académy. Il s’agissait de la 2ème saison du télé-crochet diffusé en prime time sur TF1, remporté par Nolwenn.

À LIRE AUSSI: Booba et Maes balancent de nouveaux morceaux : la guerre est déclarée [Sons]

Booba, le game-changer n’oublie rien…

Si l’album d’un rappeur hardcore, alors tout droit sorti de la rue et évoluant en total indépendance était perçu comme un immense succès commercial, Booba allait aussi se placer en véritable game-changer. Cette réussite allait bousculer les mentalités, le regard sur le rap et l’idée que les décisionnaires de l’industrie de la musique commençaient à s’en faire… et pensaient même déjà pouvoir maîtriser. Ainsi Booba, en publiant le Top albums de la sortie de Temps morts, se félicitait de son succès et visait 2 acteurs importants de ce marché qu’est devenu le rap au sein du bizness de la musique, Fred Musa, animateur de l’émission Planète rap sur Skyrock, et Laurent Bouneau, qui en est le directeur des programmes : Ça c’est du top album mon gars!!!!! Sans radio sans maison de disque avec Laurent Bouneau et Fred Musa qui disent que je rap pour le “village”. Ce qu’ils ne savaient pas c’est que mon village s’appel “KATTEGAT”. Croyez en vous vos coutumes et votre culture.” Si Kopp rappelle que son album est alors sorti en toute indépendance (donc sans être signé sur une maison de disques) et sans le soutien des radios, il précise que les dirigeants de la seule station qui diffusait du rap au niveau national (Skyrock) ne voulaient pas jouer sa musique. Surtout, il revient sur un évènement qui l’aura marqué à jamais : Laurent Bouneau et Fred avaient pour habitude de dire que sa musique (et aussi celle de Lunatic), était du rap de “village” pour justifier qu’il ne la diffuse pas sur leur antenne. Un terme somme toute particulièrement péjoratif, pour ne pas dire raciste, qui devait expliquer que la musique de B20 s’adressait à un public restreint, dont les caractéristiques ne correspondaient pas à celles de Skyrock. Face à cette affront, qu’il n’a jamais digéré, Booba se permet aujourd’hui d’ironiser puisqu’il constate qu’au vu du succès du rap en général et de sa musique, ce qu’ils appelaient un rap de “village” est devenu la culture musicale dominante, qu’il illustre par une référence à la série Vikings : “KATTEGAT”. Ville côtière, place forte et fief emblématique de la famille de Ragnar Lothbrok dans la fiction télévisée, ce nom est dans la réalité celui d’un espace maritime des mers du Nord difficile à naviguer. Outre cette comparaison symbolique, et malgré ses contradicteurs, celui qui a largement fait ses preuves dans le game, de part ses succès et sa longévité dans un milieu particulièrement compétitif qui se régénère régulièrement, conclut son message par un conseil face à l’adversité : celui de croire en soi, mais aussi en ses différences, issues de ses racines ou culturelles. Un discours positif sur lequel Laurent Bouneau a tenu à revenir sur Twitter…

À LIRE AUSSI: Booba rend encore hommage à Keny Arkana et allume les “faux caïds” !

Laurent Bouneau se défend…

Dans l’heure, Laurent Bouneau – qui n’est jamais resté silencieux face aux attaques de Booba – a répondu au message du rappeur, devenu patron de labels et biznessman averti. Rappelons que si Skyrock n’a pas soutenu Lunatic ni Booba à ses débuts en solo, la radio a très tôt joué le single Destinée sur ses ondes, permettant une rapide réédition de Temps mort. Mais bien que Kopp se soit alors rapproché de la station parisienne avec laquelle il communiquait via Fred Musa, mettant un temps de côté ses animosités dues à l’emploi de l’expression “rap de village, les relations se sont aussi rapidement distendues qu’elles s’étaient soudainement nouées. Ainsi dans son tweet, le boss des programmes de Skyrock qui ne semble pas nier l’emploi du mot “village, le faisant même évolué en utilisant celui de “nation” pour évoquer la croissance du marché du rap, a tenu à rétablir ses vérités, comme le fait qu’il avait fortement participé à l’essor du rap : Le village est une nation désormais et on y a fortement contribué…par contre on te joue depuis mauvais œil …. Vive la piraterie. Vive l’autotune !! A bas le communautarisme !!” Ici, Bouneau précise également que la radio a joué des titres de l’album Mauvais œil (paru en septembre 2000), de Lunatic, le groupe de Booba, et que donc ce dernier avait quasiment toujours été diffusé sur l’antenne de Sky. Taquin, il en profite pour rendre hommage à la “piraterie” et à “l’autotune” que Kopp a largement contribué à populariser en France. Enfin, il met un honneur à montrer son engagement contre le communautarisme, contre lequel la radio a toujours lutté, sous-entendant que B2O chercherait à entretenir sa différence et à se tenir en marge du mouvement… ce à quoi Bouneau faisait finalement déjà référence en utilisant le symbole de “village”. En d’autres termes, célébrer les 20 ans de Temps mort nous aura permis de constater que le divorce entre Booba et Skyrock n’est toujours pas consumer !

Booba – Temps mort :