Gims a accordé une longue interview au Journal du Dimanche, dans laquelle il revient notamment sur la polémique lié à sa vidéo sur la “Bonne année”. Il aborde aussi des thématiques comme la politique et son soutien supposé à Valérie Pécresse, ou encore sa demande de nationalité française.

Le début d’année fut relativement difficile pour Gims qui, sur le plan personnel, a été affublé de 1000 et 1 critiques suite à sa vidéo polémique dans laquelle il demandait à ses fans et à ses proches de ne pas lui souhaiter la “Bonne année” pour des raisons religieuses. Une polémique qui l’a amené à se retrouver pointé du doigt sur toutes les chaînes d’information françaises, et sur laquelle il a choisi de revenir dans les colonnes du Journal du Dimanche. L’occasion pour lui de réaliser son mea culpa suite à cette séquence : “Cette vidéo, je la regrette totalement”, explique-t-il. “Je ne voulais pas blesser des gens. La foi, ça relève de l’intime. […] Cette vidéo a été faite avec spontanéité, tard le soir. Je suis vraiment désolé”. Il révèle ne pas vouloir diviser les communautés, rappelant que sa mère, son père et ses frères sont chrétiens : “Là j’étais fatigué, je venais de regarder plein de snaps pour le Nouvel An. J’étais en train de faire le con”.

À LIRE AUSSI: Gims et Dadju préparent un album commun ! [Vidéo]

Gims affirme ne pas soutenir Valérie Pécresse

Gims et Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, s’étaient associés à l’occasion du Marathon des talents, un concours lancé en 2019 réunissant des chanteurs et des musiciens. Toutefois, Meugui a été vivement critiqué pour cette alliance, par Booba notamment, a fortiori depuis que Pécresse s’est présenté à l’Election Présidentielle avec Les Républicains. L’artiste de 35 ans a donc également voulu mettre les choses au clair : “Non, je ne soutiens pas Valérie Pécresse. On a ressorti une vieille vidéo tournée à l’époque où elle n’était pas candidate. Je soutiens sa démarche, en tant que présidente de la Région Île-de-France, pour les jeunes talents”. Il dénonce ensuite une interprétation mensongère de ses propos : “Dans cette vidéo, les gens pensent que j’appelle au vote, alors que je n’ai pas la nationalité française. Moi-même je ne peux pas voter !”.

Une nouvelle demande de nationalité française

En parlant de nationalité française, Gims a expliqué au JDD les raisons pour lesquelles la nationalité française, qu’il avait demandé en 2018, lui a été refusée : “Apparemment, le refus est lié à un délit que j’aurais commis quand j’étais mineur. Mais mon casier est vierge”. Pourtant, le leader de la Sexion d’Assaut ne perd pas espoir et confirme qu’il va refaire “une demande de nationalité” prochainement. D’ailleurs, l’artiste l’affirme fièrement : il est Français. “Tous mes souvenirs sont en France : je suis né à Kinshasa mais je suis arrivé ici à 2 ans. Je suis français dans l’âme, dans le cœur. Il me manque ‘le papier officiel’. […] Je suis un drapeau français à moi tout seul. Quand je voyage au Qatar, aux États-Unis… je me présente comme un artiste français. Pas congolais. J’ai rencontré des élèves américains qui apprennent le français en étudiant mes chansons”.

Gims

L’explication des lunettes sur le nez

Le personnage de Gims est toujours associé à ses célèbres lunettes de soleil noir qu’il n’enlève jamais en public (ou presque, comme sur sa publication Instagram disponible ci-dessous). Pourquoi ? Car cela lui permet de garder le peu d’intimité qu’il lui reste : “Je préfère entretenir le mystère, ­derrière mes lunettes. Ne pas les retirer, c’est mon ultime refuge. Et sans mes lunettes, on ne me reconnaît pas. J’ai envie de garder ça. À l’époque, pendant les concerts avec Sexion d’assaut, je les enlevais et j’allais dans le public pour regarder les autres. C’est une liberté”. Espérons que cette prise de parole calmera les ardeurs de ses plus fidèles détracteurs…