Lyna Mahyem a exprimé tout son désarroi au travers d’un live durant lequel elle expliquait ne pas pouvoir sortir son nouvel album à cause d’un conflit avec ses producteurs…

Femme Forte, tel était le nom du dernier album de Lyna Mahyem sorti en 2020. Mais, malgré ce trait de caractère inhérent à sa personnalité, la jeune femme a craqué à l’occasion d’un live. En cause, sa situation contractuelle, qui l’empêche de sortir son nouvel opus, pourtant terminé, et qu’elle dénonce. En pleurs, elle s’est exprimée face-caméra pour faire part de ses états d’âme : “Je ne parle pas avec mes producteurs, problème d’ego, voilà ils ont un problème d’ego. Je ne parle pas avec eux, ils m’ont retiré sur les réseaux, ils m’ont bloqué de partout, et là, je me retrouve dans une situation où je dois gérer la sortie d’album, ils ne veulent pas sortir mon album. J’ai travaillé très dur pour cet album […] Maintenant, je sais plus quoi faire en fait”. Elle explique ensuite ne jamais avoir pu rencontrer BMG France, sa maison de disques, racontant qu’on a cherché à la faire passer pour “une racaille”. Prise au piège par ses producteurs et donc son label, Nouvelle Ecole (qui n’affiche plus son nom sur leur page Instagram), qui gèrent (ou géraient) donc les relations avec la maison de disques et à qui elle reproche également de n’avoir pas injecté d’argent dans la réalisation de son opus, elle n’aurait désormais plus la possibilité de délivrer son projet…

À LIRE AUSSI: Meek Mill volé par sa maison de disques, il la menace sur Twitter [Photos]

Lyna Mahyem explique les raisons de ce live

Actuellement en Algérie pour tenter de prendre du recul sur cette situation douloureuse, la jeune femme de 25 ans a tenu à remercier ses nombreux fans pour le soutien qu’ils lui ont apporté à la découverte de cette brouille, avant d’expliquer les raisons de ce live : “Je l’ai fait car mon cœur criait à l’aide, et qu’en réalité je n’ai que vous, ma petite équipe constituée de 3 personnes et ma famille pour me donner la force de continuer. […] Rares sont les fois où je craque vraiment comme ça, mais là c’était trop pour moi, je suis dans mon pays pour me ressourcer, mais à quoi bon, la réalité tu ne la fuis pas, elle trotte constamment dans ma tête.Lyna Mahyem s’excuse toutefois de s’être montré en pleurs face à ses supporters, rappelant ensuite que ce cri du cœur n’avait pas pour but “d’inciter à la haine” mais bien de faire part de sa situation… et forcément de la faire évoluer. Evidemment, il faudrait que ses producteurs s’expriment désormais pour mieux comprendre le contexte, mais aussi avoir leur version des faits et leur avis sur les raisons qui ont poussé la chanteuse à se livrer de la sorte sur les réseaux…