A 4 jours du Super Bowl, où il doit partagé la scène avec Dr. Dre, Eminem, kendrick Lamar et Mary J. Blige, Snoop Dogg se retrouve accusé de viol !

A quelques jours de la grande messe du football américain (prévu ce dimanche 13 janvier), qui doit – cette année – consacré le hip-hop, avec une affiche somptueuse qui réunira quelques-unes des icônes du genre, dont Dr. Dre, Eminem, Snoop Dogg, Kendrick Lamar et la Queen of hip-hop soul, Mary J. Blige, une affaire de mœurs pourrait venir gâcher la fête. Et alors que les étoiles semblaient alignées pour le Doggfather, puisque c’est de lui dont il s’agit, entre sa présence à la mi-temps du Super Bowl LVI, l’acquisition de son ancien label – qui l’a vu naître – Death Row Records, et la sortie de son nouvel album, Bacc on Death Row (B.O.D.R), c’est aussi à la justice qu’il va avoir affaire. En effet, une femme a porté plainte pour viol devant le tribunal de Los Angeles contre Calvin Broadus a.k.a Snoop Doggy Dogg (50 ans), qu’elle accuse de l’avoir agressée en 2013 en marge d’une audition…

Pepsi Super Bowl LVI – La bande – annonce :

À LIRE AUSSI: Snoop Dogg rachète le label Death Row Records !

Une accusation de viol

Tandis qu’entre le dossier R. Kelly et ceux de Dababy ou encore Chris Brown, régulièrement rappelés dans les rubriques faits-divers, ont fait la une ces dernières années, force est de constater que les affaires de violence faites aux femmes ou de viol se répètent dans les milieux artistiques, dont le rap game, outre-Atlantique. Et c’est donc Snoop Dogg qui est aujourd’hui cité dans une plainte déposée ce mercredi 9 février devant le tribunal fédéral de Los Angeles. Une plainte qui vise également un proche du rappeur westcoast, son mentor et “conseiller spirituel” (et ancien proxénète), Donald Campbell alias Bishop Don “Magic” Juan (71 ans). Dans ce dossier, la plaignante (qui a demandé l’anonymat et est donc mentionnée sous le nom de Jane Doe comme le veut la loi) est une ancienne danseuse qui s’était produite sur scène pour Snoop et d’autres rappeurs. Elle situe l’incident en mai 2013, quand lors d’une soirée au studio du rappeur, Don “Magic” Juan lui avait proposer de la reconduire chez elle, mais l’avait en fait déposée chez Snoop où elle s’était endormie “de fatigue”, précise-t-elle. C’est là qu’elle accuse le proche de Snoop Dogg de l’avoir agressée sexuellement au petit matin, avant de la ramener à nouveau au studio du Mc pour une audition, malgré ce qu’elle venait de vivre et “dans l’espoir de faire avancer ma carrière” raconte-t-elle. Elle poursuit sa déposition en expliquant qu’affectée par ce qu’elle avait vécu, elle s’était réfugiée dans les toilettes pour retrouver ses esprits, quand Snoop D.O.Double G a débarqué pour la contraindre à lui faire une fellation. La laissant seule après avoir obtenu ce qu’il était venu chercher, la jeune femme raconte dans sa déposition qu’elle s’était alors sentie “humiliée, terrifiée et paniquée”. Elle souhaite désormais obtenir réparation, et  demande des dommages et intérêts dont on ne connaît pas le montant.

snoop dre mary conf super bowl
Snoop Dogg, Mary J. Blige et Dr. Dre à la conférence de presse du Super Bowl LVI ce jeudi 10 février

Une note d’humour sur ses réseaux

Le jour du dépôt de la plainte, après qu’une tentative de médiation privée entre les parties ait échoué, Snoop a réagi sur Instagram en postant un message faisant référence à ce nouveau dossier à charge contre lui. Et visiblement, le nouveau patron de Death Row Records y voit plus une manœuvre pour lui soutirer de l’argent. Dans son post Instagram, sans évoquer directement la plainte, il envoyait le message suivant : “la saison des chercheuses d’or a commencé… Soyez prudents mes neveux, restez sur vos gardes. Et gardez votre cercle fermé.” invitant ses followers à se méfier de leurs fréquentation… Un message accompagné des émojis représentant un policier, un juge et un sac d’argent !!!