Lors de la 37ème cérémonie des Victoires de la Musique de ce vendredi à la Seine musicale, et tandis qu’Orelsan était largement récompensé, SCH prenait la parole pour défendre le rap français…

Ce vendredi 11 février se déroulait la 37ème édition des Victoires de la musique diffusée en direct sur France 2 depuis la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt (92). Une cérémonie présidée cette année par Stromae, qui a vu Orelsan être largement récompensé. Cité dans dans 4 catégories, le rappeur caennais recevait 3 prix au total : celui de l’Artiste masculin de l’année, de la Chanson originale de l’année pour le single, L’odeur de l’essence, et de la Création audiovisuelle de l’année pour sa série documentaire dévoilée par Amazon Prime et réalisée par son frère, Clément Cotentin, Montre jamais ça à personne. De leurs côtés, Aya Nakamura et SCH, ont reçu les prix des Albums les plus streamés par une artiste féminine et un artiste masculin. Mais cette année encore les Victoires de la Musique ont fait polémique, une fois encore le genre musical le plus populaire en France – la musique urbaine – y était sous-représenté. En effet, si Orelsan, Aya Nakamura et le S étaient cités, où étaient ceux qui ont également marqué l’année de leur empreinte vocale, de leurs ventes ou salles de concert remplies : Ninho, Jul, Naps, Soso Maness, Laylow… pour ne citer qu’eux ? Un constat fait par Cyril Hanouna qui avait même appelé au boycott de la cérémonie dès le début du mois de janvier, ou encore par le producteur Tefa qui publiait une tribune sur le média Views pour dénoncer ce “mal systémique” et affront fait aux artistes issus de la scène urbaine. Mais contre toute attente, invité à se produite lors de cette 37ème édition des Victoires, SCH s’est également exprimé sur le sujet à l’antenne !

À LIRE AUSSI: Orelsan : sacré Artiste de l’année, il reçoit 3 trophées aux Victoires de la Musique 2022 [Vidéos]

SCH, le porte-parole du rap français

Invité à recevoir sur scène sa statuette pour son prix de l’album le plus streamé par un artiste masculin, et par la même occasion à interpréter une chanson, SCH s’est improvisé porte-parole du rap français. En effet, après avoir joué son morceau Parano (entouré d’une paire de pianos), et reçu son prix, le S a eu une grosse pensée pour ses collègues et autres frérots du game. On peut le dire il a “porté ses cou*lles” ! Ainsi, après avoir posé son trophée au sol, SCH sortait une feuille de sa poche, la dépliait et lisait un discours aussi sincère que censé pour dénoncer – indirectement – à son tour cette imposture qu’est cette cérémonie consacrée à la musique en France, mais qui boudent les artistes les plus populaires depuis des années. Alors voilà, toute en politesse, après avoir remercié ses hôtes pour l’invitation, le S saluait ses compères de la scène rap française qui auraient tout autant que lui mérité d’être présents à cette cérémonie. Il s’excusait même d’être là sans eux, se disant gêné : Je voudrais saluer Gazo, Oboy, Naps, Laylow, pour ses 2 Bercy remplis en même pas 24 heures, Jul qui a réuni les 2 capitales du rap français, Dinos, Soso Maness, et aussi Ninho, l’homme aux certifications évidemment. […] Je suis un peu gêné de tenir cette victoire sans les voir ici assis en face de moi, ces grands messieurs qui auraient mérité tout autant que les artistes ici présents de célébrer leur victoire de la musique !” Quel bonhomme ! On peut le remercier.