Vivement critiqué par Vald vendredi, le Syndicat National de l’Edition Phonographique, par la voix de son président, lui a répondu en rappelant les règles de comptabilisation des différents chiffres de ventes de chaque projet musical.

Ce vendredi 11 février, avant de s’engager dans une guerre des mots par réseaux sociaux interposés avec Booba, Vald faisait part de sa colère contre le Syndicat National de l’Edition Phonographique, qui comptabilise les chiffres de ventes des projets musicaux en France et tardait à révéler les résultats commerciaux de son nouvel album. Accusant Universal d’avoir demandé l’ouverture d’une enquête au sujet de ses pré-commandes, le V revendiquait au moins 68 000 ventes, un chiffre finalement corrigé à 74 093 quelques heures après par le SNEP. Et s’il a publié un message pour retirer ses propos après cela, le président du syndicat, Bertrand Burgalat, a tenu à prendre la parole dans les colonnes du Parisien : “Le SNEP a édité des règles bien précises de comptage qui doivent être appliquées à tout le monde de la même façon. Ces règles, elles n’évoluent pas pour avantager l’un ou l’autre”.

Vald
L’un des messages de Vald contre le SNEP
À LIRE AUSSI: Vald s’en prend au SNEP et à Universal au sujet de ses chiffres de ventes

Aucun favoritisme

Plus tard, Bertrand Burgalat va expliquer que le retard de publication des chiffres était en réalité lié à des complications dans le comptage des ventes physiques, notamment en raison des box contenant 5 CDs vendus sur son site : “Évidemment, nous n’avons rien contre Vald. Au cours de la semaine, nous avons été prévenus que le comptage, par la société qui gère le e-commerce de son album, n’avait pas respecté les règles. Une bonne partie des ventes physiques étaient réalisées dans un box réunissant 5 versions CD du même album, et il a été demandé de faire un comptage manuel de chaque disque, ce qui est contraire à nos règles. Nous avons donc eu des doutes légitimes sur ces chiffres. Si nous n’avions pas eu ces doutes, c’est la légitimité même de notre travail qui serait en jeu. Avant d’annoncer que les règles allaient prochainement être modifiées pour “plus de fluidité”, le président du syndicat a également rejeté en bloc les accusations de favoritisme envers les grosses structures musicales. Enfin, pour dissiper définitivement les doutes, le compte Twitter du SNEP a publié un message pour donner quelques unes des règles en vigueur pour comptabiliser les résultats commerciaux d’un projet. Le dossier semble donc clôt, au moins pour l’instant…