L’un des hommes suspectés d’avoir participé à l’assassinat de Young Dolph a été victime d’une attaque en prison.

Aussi connu sous le nom d’artiste de Straight Drop, Justin Johnson est l’un des suspects de l’assassinat de Young Dolph, tué en novembre dernier dans une boutique de Memphis, la ville natale de ce dernier. S’il ne possédait pas une réputation nationale, il n’était pas non plus, de par son statut de rappeur, un inconnu. Forcément, quand il se retrouve incarcéré pour avoir participé au meurtre de l’une des légendes du rap de la ville du Tennessee, cela peut faire de lui une cible de choix pour ceux qui voudraient venger Dolph. Ainsi, TMZ a rapporté ce mardi que Justin Johnson avait été victime d’une agression alors qu’il se trouvait au téléphone. L’un des prisonniers aurait en effet profité qu’il soit de dos pour lui mettre un coup de poing violent avant d’être maîtrisé par des gardiens. Une enquête interne a immédiatement été ouverte par la prison du comté de Shelby afin de comprendre les raisons de cet incident, qui pourrait donc être un acte de représailles pour sa participation au meurtre de Young Dolph. Evidemment, l’hypothèse d’un différent concernant une toute autre affaire, née dans la prison ou en dehors, n’est pas non plus à écarter. De son côté, Johnson ne souffrirait pas de la moindre fracture ou autre blessure importante.

Justin Johnson Straight Drop
Le mugshot de Justin Johnson, aka Straight Drop
À LIRE AUSSI: Rick Ross compare les meurtres de Nipsey Hussle et Young Dolph à ceux de 2Pac et Biggie

Un résultat d’autopsie qui fait froid dans le dos

Pour rappel, c’est le 17 novembre que l’auteur de Major a été ciblé par un commando armé, alors qu’il faisait ses achats dans une boutique de cookies qu’il fréquentait très régulièrement. Après plusieurs semaines d’enquête, 3 hommes ont été arrêtés, à commencer par Johnson, lui-même accompagné par un complice, Cornelius Smith. Quelques jours après, c’est un certain Shundale Barnett qui va également être appréhendé et incarcéré de façon préventive. La semaine dernière, le centre médical ayant procédé à l’autopsie a révélé les résultats de l’analyse du corps du rappeur, expliquant que 40 impacts de balle avaient été retrouvé, un chiffre qui témoigne de la violence employée par les 2 tireurs. Reste maintenant à la justice à déterminer si elle reconnaît la culpabilité de ses 3 suspects désignés ou met en doute les conclusions de l’enquête policière.