En s’invitant en plein période électorale avec la sortie de son nouvel opus Médine France, Médine fait ce qu’il sait faire de mieux, un rap brut et engagé, mais toujours avec une pointe d’humour. Entretien sans langue de bois avec le Mc havrais aux 8 albums…

Le timing n’a rien d’hasardeux, en venant glisser la sortie de son 8ème album entre le 2ème tour des élections présidentielles et le 1er tour des législatives, Médine souhaite clairement se faire une place dans les différents débats qui ont secoué la société française ces derniers temps. Face à la percée de l’extrême droite au score historique que le RN a réalisé, Médine reprend la plume et poursuit son combat. De la cover où il met en avant sa carte d’identité au choix du 1er single Médine France, où il dresse un constat global de la situation dans le Monde, le havrais confirme qu’il n’a toujours pas déposer les armes. Ce nouvel opus est aussi l’occasion pour le Mc de 39 ans de se livrer un peu plus, de se recentrer sur lui. Contrairement à ses autres projets, celui-ci ne contient pas de featuring et met en avant le parcours du rappeur, mais aussi les autres éléments de son univers comme son attachement à sa ville, Le Havre.

Médine – Médine France :

À LIRE AUSSI: Booba et Médine ont un échange musclé à propos de Macron ! [Vidéo]

L’engagement dans le sang

Dans un nouvel entretien sans langue de bois, Médine nous parle de la création de ce nouvel opus (Médine France) et de la période à laquelle il a choisi de le sortir. Il explique qu’idéalement, il aurait même souhaité le publier un peu avant. Il distille quelques mots sur les cibles de ses attaques dans ce projet, à savoir le parti de Marine Le Pen (qui on se souvient avait réagi au clip de Kyll), le RN plutôt que celui d’Eric Zemmour. On évoque aussi l’engagement dans le rap français pendant les élections d’avril : “j’ai arrêté de penser que le rap français devait avoir absolument un engagement dans ces moments-là”, nous glisse-t-il. Il parle aussi des morceaux les plus personnels du projet comme Grenier à seum dans lequel il liste les gens qui l’ont blessé par le passé ou La puissance du port du Havre dans lequel Médine se réapproprie l’image de sa ville. Il termine en revenant sur son engagement politique, de ses convictions qui pourraient le conduire à se présenter à la Mairie du Havre un jour !

Médine – L’interview Panthère 2.0 :