Meneur de jeu des Cleveland Cavaliers, Rajon Rondo est accusé d’avoir menacé de mort et pointé une arme sur la mère de ses 2 enfants, en présence de ces derniers. 

En cette période de playoffs, tous les regards sont tournés vers les extraordinaires performances et les matchs de grande qualité auxquels nous avons le droit. Pourtant, la presse américaine s’est faite écho ce lundi d’une grave affaire extra-sportive impliquant un joueur de NBA, en l’occurrence le meneur Rajon Rondo. D’après TMZ, ce dernier, passé par les Celtics ou les Lakers et qui évolue actuellement avec les Cleveland Cavaliers, aurait tout simplement pété les plombs le 11 mai. Alors qu’il se trouvait à Louisville, dans le Kentucky, et était en présence de ses 2 enfants et de leur mère, dont il est séparé, cette dernière aurait demandé aux enfants d’arrêter de jouer, ce qui va provoquer la colère de Rondo qui va d’abord détruire la console de jeu contre un mur. Face à la réaction logiquement apeuré des enfants, Ashley Bachelor va tenter de calmer les choses, ce qui ne va clairement pas fonctionner.

Rondo
Rajon Rondo sous le maillot des Cavs

Des menaces de mort avec une arme

Rajon Rondo va alors quitter la maison, non sans avoir menacé de mort son ancienne compagne, avant d’y revenir 15 minutes après, une arme à la main. Dans un état de rage visiblement folle, il va alors appeler les enfants, effrayés, afin de leur parler, ce qui va permettre à leur mère d’appeler les forces de l’ordre. Finalement, la police va intervenir tandis que les petits et leur mère s’étaient enfermés dans une pièce et Rondo, qui n’a visiblement pas été arrêté, aurait tout de même accepté de donner son arme et de quitter les lieux. En attendant un éventuel procès, Ashley Bachelor va tout de même obtenir en quelques heures une ordonnance restrictive, interdisant ainsi à Rondo de s’approcher d’elle ou de ses enfants à moins de 1,5 kilomètres, ainsi qu’une protection policière. De son côté, la NBA a expliqué être en train d’étudier le dossier, qui pourrait aboutir à des sanctions contre le principal intéressé.