Emmené par un Jimmy Butler encore et toujours flamboyant, le Miami Heat a remporté le 1er match de finale de la conférence Est 118 à 107 face aux Boston Celtics.

1er de la conférence Est à l’issue de la saison régulière et vainqueur facile des Atlanta Hawks puis des Philadelphie Sixers lors des tours précédents, le Miami Heat a une nouvelle fois démontré qu’il serait très difficile à vaincre. Sur son parquet, la franchise de Floride accueillait cette nuit les Boston Celtics pour le 1er match de finale de la conférence Est, qui enverra le gagnant en Finales NBA. En grande forme après avoir éliminé au Game 7 les Milwaukee Bucks, champions en titre, les C’s avançaient tout de même diminués puisque Al Horford et Marcus Smart, élu défenseur de l’année il y a quelques semaines, étaient absents, le 1er en raison d’un protocole Covid, le second pour une blessure au pied. Malgré ces absences de poids, Boston, qui a une nouvelle fois pu compter sur son duo Jayson Tatum/Jaylen Brown (respectivement 29 et 24 points), a parfaitement réussi son début de match, comptant même 8 points d’avance à la mi-temps (54-62).

À LIRE AUSSI: NBA : les Celtics et les Mavericks se qualifient en finales de conférence

Butler en patron

Un déficit qui va visiblement donner un coup de boost au Heat dès le retour des vestiaires. Porté par un Jimmy Butler auteur de 41 points, 9 rebonds et 5 passes et qui doit incontestablement figurer dans la liste des meilleurs joueurs de ces playoffs 2021/22, Miami va infliger un 39-14 cinglant à leurs adversaires au cours du 3ème quart-temps. Récupérant ainsi un avantage confortable, les joueurs d’Erik Spoelstra vont sans surprise contrôler la fin de match pour finalement s’imposer 118 à 107. S’il reste impossible de faire des pronostics dans cette série qui nous promet du très grand basket, Miami a néanmoins frappé fort d’entrée de jeu, et les Celtics devront nécessairement montrer leur meilleur visage tout en disposant de leurs meilleurs éléments s’ils souhaitent retrouver une place en finale face aux Warriors de Steph Curry ou aux Mavericks de Luka Doncic.