Comme cela était évoqué depuis plusieurs semaines, la NBA a officiellement annoncé qu’elle ferait son retour en France au cours du mois de janvier prochain. Les spectateurs présents à l’Accor Arena auront le droit à un affrontement entre les Chicago Bulls et les Detroit Pistons.

La NBA n’aura pas mis bien longtemps avant de confirmer son retour prochain à Paris. Tandis que fin avril, Le Parisien annonçait avec certitude que la ligue de basket américaine ferait prochainement son retour en France, celle-ci a officialisé la nouvelle ce mardi. Sur ses réseaux sociaux, la NBA a en effet annoncé que la capitale française accueillerait le 19 janvier prochain la rencontre entre les Chicago Bulls et les Detroit Pistons. Une belle affiche, 3 ans après l’opposition entre les Milwaukee Bucks et les Charlotte Hornets, qui démontre surtout l’envie pour les dirigeants de la NBA de bâtir une relation de plus en plus importante avec la France, un pays où le basket est toujours plus suivi année après année.

À LIRE AUSSI: La NBA de retour à Paris la saison prochaine ?

Une nouvelle galère pour acheter des places ?

Evidemment, il faudra être très vif afin d’obtenir des billets pour assister au match et au show qui le précèdera. Pour les plus intéressés, sachez que les inscriptions aux pré-ventes sont déjà ouvertes, ce qui permettra aux chanceux dont les noms seront retenus de pouvoir acheter les places qu’ils souhaitent sans craindre d’être devancés par d’autres. Pour les autres, il faudra faire preuve de patience en attendant l’ouverture de la billetterie publique, mais aussi avoir beaucoup de chances afin de ne pas se heurter trop longtemps à la file virtuelle que tous ceux qui assistent régulièrement à des gros concerts ou évènements ont déjà connus. Il y a 3 ans, des milliers de personnes n’étaient pas parvenus à obtenir leurs tickets, ce qui avait agacé une partie de la communauté basket en France, qui regrettait le trop gros nombre de places accordées à des influenceurs pas vraiment passionnés par la balle orange en temps normal.