Attaqué en justice par Magali Berdah il y a quelques jours, qui l’accuse d’avoir provoqué une vague de cyber-harcèlement contre elle, Booba a annoncé avoir lui aussi déposé plainte contre l’agent de nombreuses têtes d’affiches de la télé-réalité française.

Le conflit entre Booba et Magali Berdah continue. La semaine dernière, le Duc déclarait la guerre à la fondatrice de Shauna Events, agence représentant de nombreuses stars de la télé-réalité en France, l’accusant de nombreux délits mais surtout d’être néfaste pour la jeunesse. Des accusations accompagnées par un grand nombre de publications contenant des éléments censés prouver la responsabilité de celle qui participe régulièrement à l’émission TPMP, dans des arnaques notamment. De son côté, cette dernière a choisi de répliquer par la voie judiciaire, annonçant en début de semaines avoir porté plainte contre le résidant de Miami, qu’elle accuse d’avoir provoqué une importante vague de cyber-harcèlement à son encontre. Elle expliquait ainsi recevoir de nombreux appels malveillants ainsi que des menaces de mort, une position que le Duc a qualifié de stratégie de “victimisation”.

À LIRE AUSSI: Magali Bedah porte plainte contre Booba pour cyber-harcèlement [Photos]

La réplique de Booba

Bien décidé à ne pas se laisser faire et à contre-attaquer immédiatement, Booba a publié sur ses réseaux sociaux, ce jeudi 26 mai, un communiqué de presse visiblement rédigé par ses équipes ou ceux de son avocat, Maitre Patrick Klugman. Dans celui-ci, on apprend que Kopp a déposé plainte à son tour contre Magali Berdah pour “diffamation” et “dénonciation calomnieuse”. Avec un axe de défense déjà bien défini : “Mme Berdah reproduit une mécanique dont elle est coutumière : publier des vidéos victimaires puis se prétendre en proie à du cyber-harcèlement, fait extrêmement grave dont Booba ne peut être ni le comptable, ni le coupable. Booba n’a fait que relayer des informations publiques mettant en lumière un système très lucratif organisé par Mme. Berdah : promotion d’opérations commerciales plus ou moins douteuses, incitation obsessionnelle à la chirurgie esthétique et mise en avant de personnalités issues de la télé-réalités liées à des affaire judiciaires”. La justice devra donc se prononcer sur ce dossier relativement compliqué dans les mois à venir.