Quelques jours après avoir été placé en garde à vue, la patron du site Jacquie & Michel , Michel Piron a été mis en examen et libéré en attendant les suites de la procédure…

Interpellé et placé en GAV mardi 14 juin, avec son épouse Araceli et 3 autres hommes, le propriétaire du site de porno amateur, Jacquie & Michel, Michel Piron (64 ans), a été mis en examen à l’issue de 72 heures de garde à vue pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée. Il a été placé sous contrôle judiciaire lors d’une audience publique devant le juge des libertés et de la détention (JLD), et a donc pu ressortir libre du tribunal ce vendredi 17 juin, alors que le parquet avait requis son placement en détention provisoire. Les 3 autres hommes (un ancien acteur et 2 anciens réalisateurs) sont mis en examen, alors que sa femme a été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Elle est elle aussi ressortie libre du tribunal judiciaire de Paris.Michel Piron avait été arrêté mardi dans le cadre d’une enquête du premier district de police judiciaire de Paris. Une enquête ouverte après des signalements déposés auprès du parquet de Paris par 3 associations féministes : Osez le féminisme, les Effronté-es et le mouvement du Nid. Notons toutefois que les 3 autres individus mis en examen dans ce dossier, le sont pour viols, complicité de viol, proxénétisme en bande organisée et également traite d’être humain en bande organisée. L’un d’eux a été placé en détention provisoire : il est poursuivi pour complicité de viol avec acte de torture et de barbarie. Un autre a été incarcéré en attente d’un débat différé sur sa détention, enfin le 3ème a été placé sous contrôle judiciaire.

jacquie michel site mise en examen

À LIRE AUSSI: Jacquie & Michel : le propriétaire en garde à vue, le site va-t-il fermer ? [Vidéo]

Selon un communiqué de Me Nicolas Cellupica, avocat du groupe Arès, détenteur du site porno amateur, Michel Piron, le propriétaire est accusé de faits “contestés” concernant “une seule plaignante, en 2013”, précisant que “l’infraction de proxénétisme n’a pas été retenue à son encontre”. Il a annoncé par ailleurs que Michel Piron avait décidé de quitter le groupe le temps de cette procédure. La représentante du ministère public a déclaré devant le juge des libertés et de la détention qu’ils étaient face à un “système de proxénétisme et de traite des êtres humains”, avec des “femmes démolies, expliquant qu’“on les entraîne dans un piège”, avec un “mode opératoire qui enferre les victimes dans ce système”. L’avocat lui se défend en justifiant : “Le groupe Jacquie et Michel acquiert et diffuse des milliers de vidéos par an réalisées par des producteurs indépendants et regrette profondément que 7 scènes litigieuses aient pu être tournées parmi celles-ci, sur les 20 dernières années…”

jacquie michel site

Nikita Bellucci dénonce un système…

L’actrice professionnelle, Nikita Belluci,  qui a pris position dans cette affaire espère que la justice ira plus loin, afin de mettre un terme aux dérives du milieu du X. Après l’arrestation de Michel Piron et ses acolytes, elle avait vivement réagi, notamment lors d’une interview pour BFMTV, mais aussi lors d’un entretien pour La Dépêche : “C’est une très très bonne chose, il était temps ! J’espère que la police va également s’intéresser aux autres personnes. Parce qu’en fait Jacquie et Michel sont à la tête d’un système qu’ils ont enfanté. Derrière il y a tous ces petits réalisateurs, ces petits prédateurs qui continuent de travailler. C’est pour ça qu’il faut faire le ménage très très vite, avant que tout le monde se barre.” Mais si l’actrice dénonce certaines pratiques, elle accuse aussi le site Jacquie & Michel et ses responsables : “Jacquie et Michel ont commencé à faire des vidéos, dites amateurs. Puis vient le jour où ils ont commencé à vouloir se professionnaliser. Alors, on vous donne un petit budget de 1 500 euros et vous faites vos scènes. Ils prétendent être des diffuseurs. Sauf que ce n’est pas le cas, ils passent leur temps à contacter les réalisateurs, à leur demander telle fille, telle pratique, tel décor. Tout le monde se valide entre tout le monde, donc ils ne sont pas que diffuseurs. De toute façon, la police trouvera des preuves, et je pense qu’elle en a déjà.”

Intervention de Nikita Bellucci sur BFMTV :