Tandis que plusieurs noms étaient encore en lice pour racheter une partie des actions de l’Olympique Lyonnais, John Textor, richissime investisseur américain, devrait devenir l’actionnaire majoritaire du club.

Le feuilleton du nouvel actionnaire de l’Olympique Lyonnais va visiblement toucher à sa fin. Après de longs mois de discussions et d’études des différents dossiers de reprises soumis par divers investisseurs, et alors que 4 noms étaient encore en lice au début du mois, John Textor devrait bien être le nouvel actionnaire majoritaire d’OL Groupe. C’est en tout cas ce que confirme un communiqué publié par l’entreprise, qui a confirmé ce lundi 20 juin être entré dans un processus de négociations exclusives avec l’homme d’affaires via sa holding, Eagle Football Holdings LLC. Ce dernier rachèterait ainsi près de 40% des parts du groupe, rachetant ainsi celles détenues jusqu’à présent par Pathé et IDG, puis récupèrerait progressivement les parts de Jean-Michel Aulas – qui resterait lui PDG -, ce qui représente au total un peu plus de 66,5% de l’actionnariat du club.

Un investissement massif ?

Forcément, l’arrivée de ce nouvel actionnaire – pour un montant avoisinant les 600 millions d’euros – permettra à l’Olympique Lyonnais de réaliser de potentiels investissements importants lors des prochains marchés des transferts. D’autant que John Textor, ancien grand champion de skateboard qui a connu le succès professionnellement en s’imposant dans le monde de la réalité virtuelle, connaît déjà bien le monde du football professionnel. Dans son porte-feuille estimé à 3 milliards d’euros, on retrouve ainsi les clubs de Botafogo, au Brésil, mais aussi de Molenbeek, en 2ème division belge, qui lui appartiennent à plus de 80%, ainsi que 40% de Crystal Palace, en Premier League anglaise. Ajouté à cela les déclarations de l’intéressé, qui veut faire de l’OL la pierre angulaire de son projet d’investissement dans le football, et les supporters de l’OL peuvent donc apparaître rassurés face à ce rachat qui va donc s’effectuer en douceur et sous le contrôle d’un Jean-Michel Aulas dont on imagine qu’il ne laisserait pas ce club entre les mains de n’importe qui…