SDM a mis en ligne le clip de Gâchette il y a quelques semaines, une vidéo qui n’a pas laissé l’extrême droite indifférente…

En mois de 2 ans, SDM s’est fait un nom. Le protégé de Booba, avec qui il signait le hit Daddy, s’est positionné dans le rap game français, avec notamment un 1er album studio, Ocho, qui a trouvé son public, cumulant succès d’estime, succès commercial et donc. les certifications. Alors qu’il assurera – avec Green Montana, la 1ère partie de Booba au Stade de France le 3 septembre 2022, et qu’on peut le retrouver aux côtés de Tiakola sur le 1er opus (Mélo) du membre de 4Keus, sur le titre Roro, le rappeur du 92i, aujourd’hui âgé de 26 ans, connaît le revers de la médaille. Avec le succès, et la médiatisation, il se retrouve – comme bien d’autres avant lui – face à la récupération par des politiques ou médias souhaitant monter un polémique pour servir leur dessein. Ainsi, en publiant le clip du morceau Gâchette (sur une prod d’Ikaz Boi) début juin, il se retrouve pris sous les feux de vives critiques, en très grande partie portées par l’extrême droite, et des syndicats de police… qui lui reprochent une séquence de son nouveau clip réalisé par Rissk.

SDM – Gâchette :

À LIRE AUSSI: SDM et Guy2Bezbar également nommés aux BET Awards 2022

L’image d’un policer mort

Alors que le rappeur des Hauts-de-Seine est nommé aux BET Awards 2022, qui se tiendront ce 26 juin, il doit donc gérer la pression médiatique. “Ignoble, dégueulasse, ce rappeur mérite d’être poursuivi et condamné et une loi d’aggravation pénale doit être vite adoptée !” En effet, à l’image du tweet de Gilbert Collard (ou de Jérôme Rivière), ancien avocat, membre du RN de Marine Le Pen puis du parti Reconquête! de Zemmour, il lui est reproché d’avoir porté à l’écran un policier mort, comme un trophée auprès duquel il rappe. Repris pas de nombreux sites d’extrême droite, également débattu dans des émissions de TV, il est carrément question de vouloir condamner SDM, sans même s’interroger à la raison pour laquelle cette image a été utilisée dans une œuvre artistique. Des syndicats de police ont également fait savoir que la séquence les choquait, au delà de la mise en scène utilisée pour un clip. Visiblement ils ne voient pas qu’il s’agit d’une fiction, mais y voient plutôt une “apologie de crime”, et en appellent au ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, pour intervenir. A suivre…