Dans l’actu avec la sortie de son projet King of Drill, La F a de nouveau évoqué le dossier qui l’oppose à Gazo. Et visiblement leur beef n’est pas réglé !

Ce 24 juin, La F livrait son 1er album, King of Drill, avec lequel il s’autoproclame – comme le titre de l’opus l’indique – : Roi de la drill. Une initiative de bonne guerre dans un rap game, où évolue des artistes qui ont déjà fait leur preuve, mais où l’ego fait parti du jeu. Parmi ces rappeurs, estampillé drill, un certain Gazo avec qui La F traîne un différend depuis quelques mois. En concert à Paris ce vendredi 24 juin, le rappeur de Villeurbanne est revenu sur leur beef, accusant l’auteur de Daddy chocolat de lui avoir envoyé une équipe pour lui mettre un coup de pression. Rappelons qu’il y quelques semaines, La F accusait déjà Gazo de lui mettre “des bâtons dans les roues”, et de l’empêcher de faire des feats. après avoir été bloqué sur Instagram par celui que l’on surnomme le Prince de la drill française. Ainsi en mai, le Lyonnais s’étonnait dans une story Instagram  : “Yo le prince de la drill, t’as si peur que ça ? Y’a papa il arrive, débloque moi…”, avant de prévenir qu’il allait donner plus d’infos sur ce dossier.

Puis, visage découvert, il s’expliquait plus en détails dans une vidéo, dans laquelle il précisait que désormais il interdisait l’accès de Lyon à Gazo : “Il faut savoir que lui et moi on a de l’ancienneté déjà. Là, je vous montre mon visage comme ça, il n’y a personne qui va dire “ouais tu te caches derrière un masque ou je sais pas quoi”. […] Il faut savoir que lui je l’ai déjà laissé rapper à Lyon, frère. Rappelle-toi. Wallah, t’allais pas rapper. Tu m’as remercié parce qu’on t’a laissé rapper. […] Force moi pas à ramener les organisateurs de la soirée à le dire en vidéo, perce qu’ils le feront. […] Lyon c’est à moi. Ça veut dire maintenant toi, Lyon tu viens plus…Il poursuit son monologue en s’interrogeant sur les raisons qui pousseraient son homologue à lui faire du tort : “Pourquoi tu me bloques d’Insta, je t’ai fait quoi moi ? Je t’ai déjà empêché de manger ? Je t’ai déjà fait quoi moi ? Je ne t’ai rien fait du tout frère. […] Tu me mets des bâtons dans les roues, tu me n*ques mes feats avec des artistes. Tu parles mal de moi… j’ai pas compris.[…] J’ai pas capté, frère…” Enfin, il concluait par : “Je ne suis pas là pour faire du tort à qui que ce soit. Normal que ça m’énerve. Ça fait un petit moment que ça dure. Dans le passé j’ai fait des erreurs. J’ai été beaucoup impulsif par moment. Je suis très loin d’être un bâ*ard malgré la sombritude de mes textes. Quand tu faisais du logobi GT à Châtelet les halles, moi je baissais la cagoule, je braquais des banques, je laissais des corps par terre frérot. Toi et moi on joue vraiment pas dans la même ligue. Ça m’a bloqué l’ascenseur, mais c’est pas grave je suis en train de monter.

À LIRE AUSSI: Gazo dévoile un morceau inédit pour Colors [Vidéo]

Un coup de pression à Paris ?

De passage à Paris ce 24 juin, dans le 19ème, pour un concert dans le cadre du festival en plein air au Périphérique, La F nous raconte dans une nouvelle story Insta, un rebondissement dans le beef qui l’opposerait à Gazo. Selon ses dires, une équipe probablement du rappeur (qui se produisait à Solidays ce même vendredi soir) serait venue mettre un coup de pression au Lyonnais. Dans une 1ère storie,’il remercie le public parisien, et invite avec ironie ceux qui lui seraient tombés dessus, et qui auraient mal fait leur boulot, à venir le voir à Lyon: “… Juste un petit truc, pour ces petites sal*pes de rappeurs là qui paient des équipes… Hey, payés de meilleurs gens, wallah, mais payez des Hommes au moins… […] Boulot nul, zéro !!! Venez à Lyon maintenant !”

Dans la suite des vidéos, La F donne plus d’explications sur ce l’incident qui s’est produit, sous-entendant à nouveau qu’un individu qu’il traître de “guignol” aurait payé une équipe pour le soulever. S’il dit ne pas en vouloir à ceux qui s’en sont pris à lui, il se moque juste de leur mode opératoire, laissant entendre – sourire aux lèvre – qu’ils n’auraient pas pu mener à bien leur petite entreprise : “[…] C’est une sal*pe, il envoie des gens… Wallah, vous avez raison, prenez vos sous. Juste quoi, mort de rire ! La prochaine fois, venez avec des protège-tibias ou des trucs, parce qu’il y en a un il a fini sur la voiture du petit de mon quartier, ça lui a tamponné sa grand-mère… […] La prochaine fois respectez-moi, j’suis pas l’autre p*te moi ! Peut-être vous voyez tous les rappeurs, c’est des branquignoles, on est pas tous des branquignoles la famille ! Bonne soirée !” Espérons juste que cette histoire ne prenne pas des proportions dramatiques…