70cl de peine

Davodka

Album La Compil'epsie

Davodka

Moi je lève mon verre à notre santé pour faire la fête, moi j’aime pas patienter
Je suis venu pour rattraper toutes les fois où la joie s’est absentée
Quand je rentre chez moi, je tape la mission, je t’avoue c’est déprimant
Je m’endors sur un point rouge, je me réveille en cellule de dégrisement
Une crise m’envahit, j’ai besoin d’une grande barrique
On sème une grosse panique quand on se traîne dans Paris
Les flics viennent tout gâcher quand je me sens bien et que tout est rose
Certains voudraient que j’arrête la tise et compte là-dessus et bois de la Kanterbrau
La ‘sique je veux pas lâcher même si certains sont pas d’accord
Dans mon espace, au lieu de la Voie lactée j’ai pris la voie de l’alcool
J’ai des lacunes, car d’arrêter ça fait longtemps que j’y pense
Je me fous de la thune chaque soir, j’ai plus de liquide que la banque de France
Toujours en manque de chance, pour la famille je suis aux petits soins
Té-ma il y a moins de gel en hiver que sur la tête d’un tecktonicien
Je me souviendrais toute ma vie de cette époque qui forma le PPN
Ce temps où pour le goûter une bonne Despé remplaça les BN

Refrain

Quand je vois ce monde s’empirer ma joie se résume en quelques centilitres
On peut pas s’en tirer, alors au moins, qu’on puisse se sentir libre
Je veux m’évader mais j’ai le seum d’être dans ce décors si sale
Je le cache mais je me sens si seul ces soirs où mon corps zigzague
Quand je vois ce monde s’empirer ma joie se résume en quelques centilitres
On peut pas s’en tirer, alors au moins, qu’on puisse se sentir libre
Je veux m’évader mais j’ai le seum d’être dans ce décors si sale
Je le cache mais je me sens si seul ces soirs où mon corps zigzague

Elvira

Primate, le solitaire, en bas je traîne
Il y a que la bière qui rend solidaire, soumise non solide à la solid snake
Je racle les fonds de caisses, classe mes affaires, XXX coldcase
Je suis loin dans la tise, j’ai pas le cheese de colgate
Peu de choses me sourient, les soucis pourrissent mes souvenirs
J’aurais dû être née sous X, je lâche des soupirs
Le nez sur le spliff je survis, subis, subsiste
En évitant les mauvaises surprises
Un coeur fait d’orties, en 4 mes potes se plient, dans ma tête une écorce vide
Besoin d’une atèle, la rue m’apaise, après le bonheur, je cours appelle-moi l’athlète pas très balaise
Un fille masquée lâchée à terre, besoin de m’éclater la tête, je me sens proche qu’avec ma teille je suis larguée, à sec
Destinée à perdre, il y a pire que moi
Je me dois de d’effacer ma peine et de garder la pêche !

Refrain

Quand je vois ce monde s’empirer ma joie se résume en quelques centilitres
On peut pas s’en tirer, alors au moins, qu’on puisse se sentir libre
Je veux m’évader mais j’ai le seum d’être dans ce décors si sale
Je le cache mais je me sens si seul ces soirs où mon corps zigzag
Quand je vois ce monde s’empirer ma joie se résume en quelques centilitres
On peut pas s’en tirer, alors au moins, qu’on puisse se sentir libre
Je veux m’évader mais j’ai le seum d’être dans ce décors si sale
Je le cache mais je me sens si seul ces soirs où mon corps zigzag

Scratchs

…la zik j’veux pas lâcher même si certains sont pas d’accord…
…dans mon espace au lieu de la Voie lactée j’ai pris la voie de l’alcool…

– Laisse-nous te dire que tu te prépares des nuits blanches, des migraines

…destinée à perdre, il y a pire que moi, j’me dois d’effacer ma peine, et de garder la pêche…

– Vous êtes dans une mauvaise passe, mais le bout du tunnel n’est peut-être pas si loin…

Une erreur dans nos lyrics, proposez-nous une correction :
Participez et envoyez nous un nouveau lyrics :
CONTRIBUER