Koba LaD – Four

Koba LaD

Lyrics

Koba LaD – Four

J’suis dans l’allée capuché, j’revendais
Les disques quand y’a les keufs, j’partais
Et j’entends ma Rolex me chuchoter :
“On court après le temps pour leur donner l’heure”
Et j’ai décidé, oui j’l’ai décidé
Dolce Gabanna, Gucci, Thailande
Première classe, j’suis à CDG
J’étais tellement haut, j’en ai décidé
Et t’as vu où j’ai grandi, sans mentir, c’est pas facile de s’en sortir
Il m’a fallu des couilles, grosses, sa mère la pute
Et un mental bien solide
J’ai traversé toute la France en train sa mère
Et vrai moula dans le sac, 5 litrons
Par intérêt, les fils de pute
Quand ça devient dur, eh bah je change de camps
Le 9mm devenu léger
Et comme d’hab, j’suis dans le bolide
Et regarde bien, j’ai chargeur tout plein
J’suis pas du genre à mettre des middles
J’suis dans le four cramé mais j’ai froid
C’qui va te refroidir c’est mon feu
Quand j’étais petit, moi, j’ai fait un vœu
Et aujourd’hui, j’crois que c’est fait
J’suis fonce-dé dans l’RS comme un paresseux
Récupérer l’argent qui sort d’sa pussy
J’suis dans la finesse, dans l’ajustement
Et c’est dans sa bouche pour la finition
Et quand j’ai marqué, eh bah j’me tire
Sur la vie d’ma mère, j’ai pas changé, sa mère
J’suis à la barrière, j’suis à mon 6ème tah
Et je commence à le ressentir par derrière
Fils de pute, on n’a plus 12 ans
On t’séquestre ta mère, faut qu’tu paies ta merde
Et j’connais des mecs qu’ont déjà plus de cœur
Qu’ont déjà tué, sur la vie de ma mère
Vu le compte-rendu, y’en a pas assez
Donc j’vais prendre le game par le cul
A la base, tout ça, c’était pas pour nous
Mais bon, on refuse pas les cadeaux
Le disque d’or, le même en platine
Attendez, attendez, c’est qu’l’début
Faut pas lâcher, on va s’les faire
Et quoi qu’il arrive, il faut pas qu’tu doutes
Regarde, nous, on a la peau sur les os
Survet’ de bas tout rouge et devienne dessus
Mais bon, nique sa mère, on le fait pour le blé
Il m’faut 100 millions pour que je sois comblé
Ecoute-moi bien, il faut que je t’explique un truc
Y’a 3 piges, y’a personne qui croyait en moi
Aujourd’hui, ces mêmes fils de pute,
Ces fils de pute veulent m’serrer la main
J’suis à 2 pas d’la Tour Eiffel
Et j’me fais laire-sa de bon matin
300 euros la nuit, de la chambre d’hôtel
Comme j’y vais fort, elle crie : “Koba attend” !
Y’a 2/3 billets qui sont déchirés
Je vais acheter des élastiques un peu plus larges
Audemars Piguet, tourbillon extra
Nique sa grand-mère, ton horloge
Elle descend, elle remonte
Et quand c’est sec, puis elle recrache
J’la démonte, j’bé-ton du lit
Et c’est à ses veux-che que je m’accroche

Je suis dans le re-fou cramé
La où les descentes de condés nous refroidissent
Je suis dans le re-fou cramé
La où les descentes de condés nous refroidissent
Je suis dans le re-fou cramé
La où les descentes de condés nous refroidissent
Je suis dans le re-fou cramé
La où les descentes de condés nous refroidissent

Une erreur dans nos lyrics, proposez-nous une correction :
Participez et envoyez nous un nouveau lyrics :
CONTRIBUER
VOIR PLUS DE LYRICS