Hors Série #2

Rim’K

Album Hors Série

Couplet 1

L’ange de la mort est toujours à l’heure
Chacun cherche un coupable à son malheur
Comme un daron coincé à la buvette
Mon âme ne fait qu’un gramme sur la pesette
Les piranhas, en bas de l’immeuble
Regardent le ciel, pas un rond dans le survet’
Un p’tit beur, un p’tit black
Toute la misère du monde assise sur un compèt
Le gamos n’est jamais dans le box
J’ai jamais sommeil j’suis comme New-York
Ceux qui ne parlent pas c’est que des morts
Comme chez les ritals ou chez les corses
Toto Riina, Tonton Rim’K, j’aurai pu bibi la MDMA
On a tellement rendu ouf les rents-pa qu’on aurait mérité l’orphelinat

Pont

Avec du recul !
On aurait évité d’servir le mal
On aurait étudié même si on l’sait tous qu’on aurai pas fait l’ENA
Avec du recul !
Quand tu rembobines ta vie c’qu’on regrette c’est d’pas avoir passé plus de temps avec ceux qui sont partis

Refrain

(x2)
J’regarde le ciel qui s’assombrit
La mort se vit seul, la vie nous fait souffrir
J’ai du mal à maîtriser mes colères
Devant le Tout-Puissant on paiera nos erreurs

Couplet 2

R.I.M.K pour les indélicats, avec une kalash j’fais de l’harmonica
Liberta ! Comme le GIPN on t’soulève sous la couverta
Avec nous-mêmes on est vrai de vrai, j’me suis noyé dans du quarante degrés
Haine et violence on a manœuvré, on efface les regrets
J’ai l’mode de vie d’un animal, pourtant j’veux être un homme bien
J’pensais être l’homme du match, mais ils m’ont élu l’homme du mal
L’instinct d’un félin, on prend du recul, pour mieux tout arracher sur notre élan
On a pris du gras on a pris d’la thune, le bled, la famillia, les cantines
Le haram ou le dîn, les khamja en leggins !
La rancune, l’amertume, de quoi s’faire cachetonner
En psychiatrie, finir en légume
On change pas son destin, on est des soldats d’infortune
J’ai la tête ailleurs j’suis d’mauvaise humeur j’suis au coin fumeur
J’prends du recul !
Je n’ai pas l’moral à faire la fête, j’gagne durement c’qui y’a dans mon assiette
Le paradis des voyous n’existe pas, c’est comme le braquage du siècle
Moi j’étais qu’un voleur avec des talents d’prestidigitateur
Dans l’fond on est tous prédateurs, sous les yeux du Créateur

Refrain

(x2)
J’regarde le ciel qui s’assombrit
La mort se vit seul, la vie nous fait souffrir
J’ai du mal à maîtriser mes colères
Devant le Tout-Puissant on paiera nos erreurs

Une erreur dans nos lyrics, proposez-nous une correction :
Participez et envoyez nous un nouveau lyrics :
CONTRIBUER