Quand Princess Nokia s’embrouille avec un raciste dans le métro! [Vidéo]

0
1086

Princess Nokia est une rappeuse new-yorkaise talentueuse et connue pour ses combats contre le racisme. Et ce n’est pas le genre à être frontale que derrière un micro: la kickeuse a été témoin d’une scène de racisme presque banalisé dans les transports en commun. Un homme, visiblement bien alcoolisé, se met à hurler et à traiter un groupe de jeunes de « nigger » (négro en VF, mot particulièrement raciste quand il sort de la bouche d’un blanc aux Etats-Unis). Il n’en a pas fallu plus pour que la situation dégénère. On voit (et surtout entend) une meuf qui se mêle de l’embrouille et c’est bien la rappeuse de la Grande Pomme. Plusieurs personnes cherchent à sortir l’homme du métro qui ne sait pas calmé et à ce moment là, Destiny de son vrai prénom lui balance sa soupe (chaude!) à la gueule et le mec finit au sol sur le quai. La scène a été en grande partie immortalisée et a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Celle qui a reçu de nombreuses éloges suite à son 1er album 1992 a elle-même commenté la situation via une grosse série de tweets…

“Ce bigot (vieux mot pour désigner quelqu’un d’intolérant, Ndlr) a appelé un groupe d’adolescent « négros » dans le train donc je me suis levé et l’ai giflé et tout le monde dans le train m’a soutenu…”

“quand je l’ai giflé, il m’a traité de nègresse, et quand je l’ai fait tous mes frères sont venus à mes côtés, m’ont tenu la main et réconforté.”

“bien que ce fut douloureux et humiliant, nous nous sommes tenus ensembles et avons jeté ce raciste dégoûtant hors du train pour pouvoir repartir, en paix, loin de lui. »

“Et oui, je lui ai jeté de la soupe chaude au visage et je l’ai jeté hors du wagon et je l’ai frappé au visage. D’autres racistes voudraient nous tester?”

“La chose importante étant : je ferai tout pour défendre l’honneur de mes frères et sœurs. #blacklivesmatter”

“Je suis constamment témoin d’un racisme flagrant en public et ça me brise le cœur qu’une telle haine, qu’un tel sectarisme ne soient pas combattus.”

“C’est prendre beaucoup de risques s’opposer aux racistes et aux bigots. Se mettre en danger est effrayant ASF (=As Fuck, c’est intraduisible mais ça accentue ce qu’on veut dire, NDdlr) en particulier pour les jeunes femmes.”

« Mais je serais maudite si je laissais ce genre de bigot ivre appeler un groupe d’adolescents avec des noms racistes, et s’en tirer comme ça. »

Voilà qui est dit !